A Wissembourg, l’Ecole des Arts doit réduire la voilure, faute de moyens

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Malal

L’école Municipale des Arts de Wissembourg au régime sec : la mairie ne renouvellera pas les contrats de dix professeurs de musique à partir de la rentrée prochaine. Seuls les cinq titulaires conservent leur poste. Forcément l’activité va s’en ressentir

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

C’est le début de la fin, selon un collectif de parents et amis de l’Ecole des Arts de Wissembourg. Ils redoutent la disparition pure et simple de cette institution culturelle qu’ils jugent pourtant essentielle : l'Ecole des Arts.

"On va bien au-delà des 230 élèves inscrits aux cours de musique et de danse, explique Gilles Christ, le père d’une élève inscrite en cours de danse. Cette structure travaille énormément avec les écoles, avec les chorales paroissiales, et elle nourrit les vocations pour l’harmonie municipale. Bref, l’Ecole des Arts est beaucoup plus populaire qu’on ne le laisse entendre".

Pourtant, la nouvelle est tombée il y a quelques jours : la Ville ne peut plus financer cette structure à hauteur de plus de 300.000 euros (sur un budget total de 410.000), comme elle le faisait jusqu’ici. "C’est impossible, affirme la maire Sandra Fischer-Junck, on a essayé de retourner le problème dans tous les sens, mais on n’a pas de solution. J’ai des comptes à rendre aux contribuables, aux 7.500 habitants de la ville, et mon premier engagement est celui de ne pas augmenter les impôts. Hors, nous faisons face à des charges toujours plus importantes. Rien que pour l’énergie, pour les 80 bâtiments que nous gérons, les factures sont passées de 180.000 à 300.000 euros »

Une très forte mobilisation

Sandra Fischer-Junck se dit tout à fait consciente que cette décision est impopulaire. Mais elle n’imaginait pas une telle mobilisation. En 48h, une pétition en faveur de l’Ecole des Arts a recueilli plus de 2500 signatures.

"Nous ne sommes pas un mouvement politique et nous refusons toute récupération, martèle Gilles Christ. Tout ce que nous voulons, c’est conserver cette structure. Il faudra sans doute réfléchir pour faire évoluer l’offre, mais pas question de fermer la boutique".

Ce à quoi la mairie rétorque que cela n’a jamais été envisagé, et propose la création d’une association qui interviendrait au sein de l’école, subventionnée pas la ville, mais évidemment pas au niveau des montants actuels. "On est une petite ville. Les autres communes consacrent un budget de 50.000 euros en moyenne à ce genre de structure, certainement pas 300.000" dit Sandra Fischer-Junk.

L’attractivité de Wissembourg

Pour le collectif de défense de l’Ecole des Arts, le sujet est celui de l’attractivité de Wissembourg. Selon eux, la culture ne doit pas servir de variable d’ajustement, ce serait sacrifier la dynamique de la ville sur le long terme. Un point de vue qu’ils veulent développer à l’occasion d’une réunion publique dimanche à 17h au Foyer Saint Pierre et Paul.

"Je me réjouis que ce sujet mobilise les concitoyens, observe la maire, mais où étaient-ils lorsque la sous-préfecture de Wissembourg a été supprimée, ou lorsque pas plus tard qu’en janvier dernier, la Trésorerie a elle aussi fermé ?"

En ce qui concerne l’Ecole des Arts, sauf surprise, le vote du budget primitif en avril prochain devrait entériner la réduction des activités de l’Ecole des Arts.