Arnaque au kilométrage, les conseils avant d'acheter une voiture d'occasion

Le rajeunissement de compteur kilométrique est une pratique répandue qui concernerait jusqu'à 12% des véhicules d'occasion en France. L'Alsace serait particulièrement touchée par cette fraude. L'association Mobilité Club France donne quelques conseils aux acheteurs pour leur éviter quelques pièges.

Le kilométrage est un élément déterminant de la valeur d'une voiture d'occasion. Pour un vendeur à l'honnêteté discutable il est tentant de modifier le compteur kilométrique du véhicule pour en augmenter abusivement le prix. Techniquement, l'opération est facile à réaliser et le résultat est indétectable. 

La pratique est évidemment illégale mais très répandue. D'après l'association Mobilité Club France (anciennement Automobile Club Association), les ventes de véhicule d'occasion au compteur kilométrique trafiqué représentent jusqu'à 50% des ventes transfrontalières en Europe. En Allemagne, près d'un véhicule sur trois serait concerné. En France, le problème ne concernerait environ qu'un véhicule sur dix d'après la Fédération internationale automobile.

Parmi les régions les plus touchées, l'Alsace arriverait en tête en raison de sa proximité avec le marché transfrontalier. On parle de 15% de voitures au compteur kilométrique modifié sur le secteur mulhousien, un peu moins sur celui de Strasbourg. C'est pourquoi les associations mettent en garde les acheteurs, surtout si la voiture vient de l'étranger et qu'en plus elle est vendue par un particulier. 

La modification du kilométrage ne nécessite pas de compétences techniques très poussées, rappelle la directrice des politiques publiques de l'association Mobilité Club France, Céline Kastner. "Cela consiste à brancher un boîtier sur les interfaces OBD, lesquelles servent aux garagistes à faire leurs diagnostics ou leurs contrôles de véhicule. On peut trouver facilement ces boîtiers sur internet pour moins de 200 euros. En quelques minutes, on peut rajeunir un compteur kilomètre sans laisser de traces."

Comment éviter les pièges ?

Les acheteurs sont prévenus. Nul n'est potentiellement à l'abri de la fraude. Alors comment éviter les pièges ? D'abord en se méfiant des annonces trop alléchantes : un prix anormalement bas par rapport aux kilomètres ou le manque de précisions, par exemple, doit éveiller la suspicion. En optant pour un véhicule première main avec un carnet d'entretien à jour. Enfin, en demandant un maximum de justificatifs au vendeur : le carnet d'entretien, les factures ou le rapport des contrôles techniques, notamment. "Il ne faut pas hésiter à demander au vendeur tous les éléments attestant de l'historique du véhicule", insiste Céline Kastner. 

Si le rajeunissement frauduleux d'un compteur kilométrique ne laisse pas de traces, il y a par contre un certain nombre de points plus ou moins parlants à examiner minutieusement. "Un volant, une pédale de frein ou des sièges usés peuvent être les signes d’un kilométrage plus élevé que celui indiqué dans l’annonce". En cas de doute il faut demander l'avis d'un expert, conseille Céline Kastner. "Avant de signer, il est impératif de faire des essais sur route, avec quelqu'un de compétent si possible. Des professionnels proposent ce genre de prestations pour moins de cent euros. Leur avis peut éclairer l'acheteur sur le kilométrage réel du véhicule et être décisif sur la conclusion de la vente."

Des pannes précoces

Dans la plupart des cas, un véhicule dont le compteur a été modifié fera l'objet de défaillances mécaniques précoces par rapport au kilométrage affiché sur le tableau de bord. "C'est ce genre de pannes qui éveillera les soupçons de l'acquéreur", alerte Céline Kastner. Sauf que dans ce cas il est déjà trop tard et que l'acheteur n'a d'autres solutions que se retourner contre le vendeur s'il en a la possibilité. Et c'est à l'acheteur d'apporter la preuve de la modification du kilométrage dont il pense être victime. 

Une plateforme numérique, Histovec, mise en place par le ministère de l'Intérieur, permet dans certains cas de vérifier le kilométrage. Depuis janvier 2021, le site recense les contrôles techniques effectués sur les véhicules immatriculés en France. Parmi les données en ligne figure celle du kilométrage relevé lors du contrôle. Le vendeur peut aussi partager l'historique de son véhicule sur la plateforme. "Le document est à demander au vendeur qui doit le produire, s'il refuse de le mettre en ligne cela doit nous alerter", précise Céline Kastner.

Pour rappel, l'arnaque au kilométrage constitue un délit passible de deux ans de prison et de 300 000 euros d'amende.