Bas-Rhin : une campagne de mesure du radon, un gaz radioactif, menée dans 18 communes

Une campagne de mesure du radon se déroule dans les habitations de la Vallée de Villé du 2 janvier 2023 jusqu’au mois d’avril. Ce gaz radioactif d’origine naturelle pénètre dans les poumons avec l’air inspiré et peut être cancérigène.

L’agence régionale de santé et ATMO Grand Est joignent leurs forces pour mener une nouvelle campagne de mesure du radon, un gaz radioactif d’origine naturelle. Après la vallée de la Bruche en 2021, c’est la communauté de communes de la vallée de Villé qui est concernée par cette opération mise en place de janvier à avril 2023 sur la base du volontariat.

Les habitants des 18 communes bas-rhinoises ont jusqu’au 31 janvier pour récupérer les appareils de mesure dans les locaux de la communauté de communes à Bassemberg. Les deux dosimètres distribués par habitation doivent être placés dans deux pièces différentes pour une durée de deux mois. 

Ces tests seront ensuite récupérés et analysés, comme cela a été fait pour les établissements scolaires et périscolaires de la vallée. "Nous avions une obligation légale de mener cette étude. Elle a montré qu’aucun établissement n’était touché par le radon", explique Serge Janus, président de la communauté de communes

Chaque habitant ayant participé à l’opération recevra ses résultats et saura s’il est exposé. "Si certains sont positifs, des techniciens viendront poser de nouveaux tests pour confirmer la concentration de radon", assure l’élu, "Par la suite, nous nous poserons la question des travaux nécessaires pour éviter que le gaz ne pénètre à l’intérieur de l’habitation". 

Le massif des Vosges particulièrement touché

Ce gaz radioactif d’origine naturelle provient de la désintégration de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. Sa concentration varie selon les propriétés des sols et des roches, indique l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). 

Ce gaz est mesuré en Becquerel par mètre cube (Bq/m3). Il pénètre dans les espaces clos principalement par les parties basses, comme les sous-sols, caves et vides sanitaires. Il peut aussi s’infiltrer via les fissures, les joints ou les passages de canalisation.  

L’ensemble de la communauté de communes de la vallée de Villé, à l’exception de Maisonsgoutte, est d’ailleurs classée catégorie 3 avec un "risque potentiel de radon moyen ou élevé". En Alsace, plusieurs autres communes sont concernées, principalement dans l’Ouest de la région, proche du massif des Vosges qui est matérialisée par une couleur brunâtre sur la carte ci-dessous.


"C’est une zone avec des sols granitique qui dégagent davantage de radon", précise Cyril Pallares, directeur opérationnel chez ATMO Grand Est. 

Les risques du radon sur la santé

Toutefois, même s’il est "important de sensibiliser la population, ce classement ne signifie pas forcément qu’il y a du radon chez vous", indique Serge Janus. En 2021, l’étude menée dans la vallée de la Bruche avait montré que "17% des habitations testées étaient exposées à des taux de gaz radioactif supérieurs au seuil de nocivité", selon ATMO Grand Est.

Le radon est responsable de 5 à 12% des cancers du poumon en France

Cyril Pallares, directeur opérationnel d'ATMO Grand Est

La présence en grande quantité de ce gaz dans une habitation s’avère dangereuse pour la santé. Ce gaz radioactif est "responsable de 5 à 12% des cancers du poumon" en France, selon Cyril Pallares, si une personne est exposée à une concentration supérieure à 200 Bq/m3. 

Plusieurs solutions existent pour réduire l'exposition au radon dans les habitations. La première est d’aérer naturellement les espaces clos ou de mettre en place une ventilation mécanique. La seconde est de limiter la pénétration du gaz en améliorant l’étanchéité entre le sol et le bâtiment, notamment en colmatant les fissures et passages de canalisations à l’aide de silicone ou de ciment. 

Pour l’heure, dans la vallée de Villé, seuls 88 kits de deux dosimètres ont été distribués sur les 170 disponibles. Il n’est donc pas trop tard pour s’assurer de la bonne qualité d’air de son logement. Les habitants du secteur de Guebwiller seront invités, dans les prochaines semaine, à une opération similaire. Les résultats seront connus avant l'été.