• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Course en cours : la voiture de cinq lycéens de Blaise Pascal à Colmar sélectionnée pour Paris

L'équipe Kaleidocar du lycée Blaise Pascal de Colmar (de gauche à droite : Baptiste Guérin, Corentin Lutz, Jonas Hertzog, Julien Tempé et Noah Maameri) a remporté la finale alsacienne du concours "Course en cours" avec son van psychédélique (en bas à gauche) et sera à Paris pour la finale nationale le 5 juin au stade Charléty. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt
L'équipe Kaleidocar du lycée Blaise Pascal de Colmar (de gauche à droite : Baptiste Guérin, Corentin Lutz, Jonas Hertzog, Julien Tempé et Noah Maameri) a remporté la finale alsacienne du concours "Course en cours" avec son van psychédélique (en bas à gauche) et sera à Paris pour la finale nationale le 5 juin au stade Charléty. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt

La finale académique de "Course en cours" s'est déroulée ce mardi 28 mai 2019 à l'IUT Louis Pasteur de Schiltigheim. Vingt-et-une équipes de cinq établissements alsaciens y ont présenté leur véhicule du futur miniature. Les gagnants : cinq élèves du lycée Blaise Pascal de Colmar qui iront à Paris.

Par Marc Schmitt

Vingt-et-une équipes étaient en compétition ce mardi 28 mai 2019 à l'IUT de Schiltigheim pour la finale académique du concours "Course en cours". Des élèves de cinq établissements (les lycées Couffignal, Marc Bloch, Schwendi et Blaise Pascal et le collège Foch) venus présenter leur véhicule électrique du futur (d'une taille maximale de trente-cinq centimètres de long) et s'affronter lors de différentes épreuves. Parmi celles-ci, une soutenance orale devant le jury pour présenter leur projet sur lequel ils planchent depuis plusieurs mois ainsi qu'un tournoi sous forme de courses à élimination directe...
 

... ou encore une épreuve dite d'"arrêt au stand" où l'objectif est de programmer la voiture pour qu'elle s'arrête le plus proche possible d'une figurine placée sur la piste, sans la toucher. Sans oublier le respect de l'ensemble du cahier des charges et la conformité des pièces utilisées.
 

Depuis 2006, 80000 élèves ont participé à ce concours en France. Objectif : promouvoir des vocations pour les filières scientifiques et technologiques et permettre aux jeunes de se projeter dans le monde de l'entreprise via la mise en pratique de matières enseignées dans le cadre scolaire. Chaque équipe s'est vu remettre un bloc moteur électrique Dassault Systèmes ou Renault, une batterie, un chargeur de batterie et son câble, pour le reste il a fallu tout concevoir. Dans leurs établissements respectifs, les élèves se sont également servis de logiciels de programmation et de modélisation utilisés par les professionnels.

Au terme des épreuves, c'est l'équipe Kaleidocar du lycée Blaise Pascal de Colmar, composée de Baptiste Guérin, Corentin Lutz, Jonas Hertzog, Julien Tempé et Noah Maameri qui a remporté la finale alsacienne. Cinq élèves de 1ères qui étudient au sein du parcours PArI (Pousses d'architectes et d'ingénieurs), mis en place en 2017 par le lycée, et qui préparent un Bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable). Une classe de première qui s'est largement distinguée puisque le lycée Blaise Pascal classe ses six équipes dans le top10 en raflant les trois premières places. Son billet en poche pour la finale à Paris, au stade Charlety le 5 juin prochain, l'équipe Kaleidocar s'est prêtée au jeu de l'interview.
 
L'équipe Kaleidocar du lycée Blaise Pascal de Colmar (de gauche à droite : Baptiste Guérin, Corentin Lutz, Jonas Hertzog, Julien Tempé et Noah Maameri) qui a remporté son billet pour la finale nationale à Paris le 5 juin. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt
L'équipe Kaleidocar du lycée Blaise Pascal de Colmar (de gauche à droite : Baptiste Guérin, Corentin Lutz, Jonas Hertzog, Julien Tempé et Noah Maameri) qui a remporté son billet pour la finale nationale à Paris le 5 juin. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt


Quelles sont vos premières impressions ?
On est fiers et surpris. Notre thème, c'était le psychédélique. Pour ça, on est partis sur l'idée d'un van inspiré des années 60 mais du coup, on était pas du tout performant sur l'aspect vitesse et course. Le jury nous a trouvé très bon sur tout le reste alors tant mieux. Cette expérience nous a beaucoup apporté comme le fait de travailler en équipe mais aussi de passer d'une idée à la conception et de la conception à la fabrication donc une démarche de projet total.

Quels ont été selon vous vos points forts ?
On travaille sur ce projet depuis le mois de décembre. Souvent à raison de quatre heures le lundi et deux heures le vendredi. On a mis sur le paquet sur l'esthétique avec un sytème de lumière à leds pour éclairer l'intérieur de la voiture et on a attaché beaucoup de soin à l'impression en 3D de la carroserie qui est en PLA (matière plastique d'origine végétale, utilisant communément de l'amidon de maïs comme matière première ndlr). Au niveau du chassis, on s'est aussi arrangé pour que tout puisse être monté sans outil.
 
Avec son van, l'équipe Kaleidocar a privilégié l'esthétique et l'innovation à la performance. Un choix gagnant. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt
Avec son van, l'équipe Kaleidocar a privilégié l'esthétique et l'innovation à la performance. Un choix gagnant. / © France 3 Alsace - Marc Schmitt


Pour la finale à Paris, il va encore y avoir du travail ?
On va dévoir réparer quelques petites casses. L'essieu notamment a souffert des différents épreuves et puis il va falloir refaire une beauté à la carroserie. Surtout, on a notre oral d'histoire pour le bac le lendemain de la finale alors il faut voir comment on va faire. Les professeurs ont déjà commencé à se pencher sur la question.

 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus