Meurtre de Sophie Le Tan : le procureur requiert le renvoi de Jean-Marc Reiser devant la cour d'assises du Bas-Rhin

C’est une étape importante en vue du procès à venir de Jean-Marc Reiser. Lundi 26 avril 2021, le procureur de la République de Strasbourg annonce avoir requis le renvoi du principal suspect de l’affaire Sophie Le Tan devant la cour d’assises du Bas-Rhin pour assassinat. 

 

Le principal suspect de l'affaire Sophie Le Tan, Jean-Marc Reiser, ici avec le visage recouvert d'un drap, à la sortie de l'audience de sa première demande de remise en liberté, devant la chambre de l'instruction à la cour d'appel de Colmar
Le principal suspect de l'affaire Sophie Le Tan, Jean-Marc Reiser, ici avec le visage recouvert d'un drap, à la sortie de l'audience de sa première demande de remise en liberté, devant la chambre de l'instruction à la cour d'appel de Colmar © Jean-Frederic SURDEY/Maxppp

Le procureur de la République de Strasbourg a rendu son réquisitoire définitif dans l’affaire Sophie Le Tan. Ce lundi 26 avril 2021, il annonce, à travers un communiqué de presse, avoir requis la mise en accusation de Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la mort de l’étudiante, devant la cour d’assises du Bas-Rhin pour assassinat.

"Je suis satisfait. C’est une étape fondamentale et obligatoire pour que le procès avance", réagit ce midi Maître Gérard Welzer, l’un des avocats de la famille Le Tan. Un non-lieu partiel pour les faits d’enlèvement et de séquestration a en outre été requis. "Il y a la logique humaine et le droit à l’état pur. La justice part de la version de Jean-Marc Reiser. L’enlèvement n’est pas retenu mais ça n’enlève rien à la peine encourue. La peine maximale", réagit encore l’avocat.

Un procès attendu, au plus tard, début 2022

Sans grand suspense, reste dorénavant au juge d’instruction de délivrer ou non une ordonnance de renvoi.

Selon le conseil, le procès pourrait avoir lieu fin 2021 ou premier trimestre 2022. Un procès qui devrait durer une dizaine de jours compte tenu des aveux formulés par Jean-Marc Reiser en janvier 2021.

Mardi 19 janvier 2021, alors qu'il était entendu à sa demande par la juge d'instruction, le sexagénaire avait reconnu son implication dans le décès de Sophie Le Tan. Il avait alors expliqué avoir asséné des violences sur la jeune femme qui avait repoussé ses avances. Des aveux réitérés un mois plus tard au cours d'une reconstitution qui avait eu lieu dans son appartement rue Perle, à Schiltigheim. C'est à cet endroit que Sophie Le Tan avait disparu le jour de son vingtième anniversaire, le 7 septembre 2018.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire sophie le tan faits divers disparition justice société