• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Attentat de Strasbourg: aux Savons d'Hélène, la “scène ouverte sera une scène normale” ce mardi 18 décembre

Barto Pedro Orent-Niedzielski, dit Bartek, avait travaillé comme serveur aux Savons d'Hélène à son ouverture en 2012. Lieu qu'il fréquentait encore régulièrement. / © Captures d'écrans Facebook
Barto Pedro Orent-Niedzielski, dit Bartek, avait travaillé comme serveur aux Savons d'Hélène à son ouverture en 2012. Lieu qu'il fréquentait encore régulièrement. / © Captures d'écrans Facebook

Après avoir annoncé un hommage à "Bartek" décédé dimanche des suites de l'attentat de Strasbourg, les Savons d'Hélène souhaitent réserver la soirée aux "habitués, dans l'intimité", le lieu ne permettant pas d'accueillir la foule. 

Par Karine Gélébart

Aux Savons d'Hélène, mardi 11 décembre, les musiciens se succédaient sur la scène ouverte, comme tous les mardis soirs, lorsque la soirée a basculé dans l'horreur. Trois personnes présentes ce soir-là, dont deux artistes, ont été blessées par le tueur. Bartek, 35 ans, la 5e victime de Cherif Chekatt à succomber, dimanche 16 décembre, aurait pu se trouver là lui aussi, tant il aimait ce lieu dans lequel il a travaillé comme serveur à son ouverture en 2012. Il le fréquentait encore régulièrement.
 


"Bartek était un très grand ami des Savons d’Hélène"

C'est rue des Orfèvres que le jeune homme a croisé la route du tueur. Mais c'est tout naturellement que les Savons d'Hélène veulent lui rendre hommage. Mais un hommage "dans l'intimité et dans la limite des capacités de la salle." "La scène ouverte des Savons d'Hélène du mardi 18 décembre sera une scène normale comme tous les mardis. Le lieu ne permet pas de recevoir la foule et nous ne sommes pas autorisés à l'y inviter. Nous jouerons pour les habitués dans l'intimité et dans la limite des capacités de la salle. Nous ne souhaitons pas la présence de journalistes", a posté sur son mur Facebook les Savons d'Hélène.
 

Les Savons d'Hélène avaient tenu à rouvrir dès jeudi 13 décembre, aussi rapidement que possible après la nuit de l'attentat, durant laquelle plusieurs personnes étaient restées confinées dans ce bar apprécié pour sa grande verrière lumineuse. Trois salariés, présents sur place aux côtés de leurs clients tout au long de la soirée de terreur, restent en arrêt de travail. Mais la vie doit reprendre. Ce sera le cas en musique mardi soir, pour penser à Bartek, et aux 16 victimes de l'attentat de Strasbourg.
 

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus