Attentat de Strasbourg: le frère du terroriste regrette de n’avoir rien pu faire pour arrêter son frère

© Jean-Marc Loos/PHOTOPQR/L'ALSACE
© Jean-Marc Loos/PHOTOPQR/L'ALSACE

Il avait passé 96 heures en garde à vue après l’attentat meurtrier commis par Cherif Chekatt à Strasbourg. Le frère du terroriste s’est confié à nos confrères de RTL.
 

Par Caroline Moreau

"Ce n’était pas un enfant de choeur", reconnaît son frère en parlant de Cherif Chekatt. Interpellé après l'attaque meurtrière à Strasbourg dans la soirée du 11 décembre, l’homme a passé quatre jours en garde à vue. Il s’est confié à nos confrères de RTL à sa sortie.

Il dépeint son frère comme un délinquant en rupture avec la société, accumulant les condamnations – 27 au total – pour des faits de droit commun. Depuis quelques années, il ajoute que Cherif Chekatt développait un discours très dur sur la religion. S’il n’affirme pas qu’il adhérait aux thèses de Daech, il parle de lavage de cerveau, d’une dérive personnelle qui aurait poussé son frère à commettre le pire, sans pour autant être forcément téléguidé par l’organisation Etat Islamique.
 

Condoléances aux familles des victimes

Le frère du terroriste a dit regretter de n’avoir rien pu faire face à la dérive de son frère avec lequel il avait pris ses distances. "Chacun porte une part de responsabilité", a-t-il ajouté en présentant ses condoléances aux familles des victimes, tout en sachant qu’aucune parole ne saurait apaiser leur douleur.


 

Sur le même sujet

Les + Lus