• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Au Salon de l’agriculture, le jardinage facile avec des déjections de poisson

Au Salon de l’agriculture, le jardinage facile avec des déjections de poisson
Intervenants : Matthieu Urban Co-fondateur de la start'up MyFood / Mickaël Gandecki, Co-fondateur de la start'up  - Marie Coulon et Grégory Fraize

A Gertwiller, une start up développe le principe de l’aquaponie : dans une serre connectée, des plantes suspendues au-dessus de bassin d’eau s’alimentent en engrais grâce à des déjections de poisson. Une solution écologique, ludique et pratique.

Par PS

Dans les serres imaginées par la start’up My Food, ce ne sont pas des jardiniers qui travaillent mais des poissons. Les plantes sont cultivées dans des tours verticales placées au-dessus de bassins remplis de poissons d’élevage.

Les plantes pompent dans cette eau et les déjections des poissons agissent comme un engrais. C’est le principe de l’Aquaponie.

« Le jardinage va prendre parfois en été jusqu’à une heure par jour : on arrose, on chasse les limaces, là c’est une heure par semaine. On plante, on récolte, c’est les poissons qui travaillent. », explique Matthieu Urban, Co-fondateur de la start'up  MyFood.

Si on peut voir en ce moment la serre dans les allées du Salon de l’agriculture, c’est à Gertwiller, près d’Obernai, que la start’up a ses racines.
Elle commercialise des serres clé en main, de 4 à 22 m2 pour produire chez soi jusqu’à 450 kg de légumes par an. Une application permet de gérer à distance la température de l’eau, de l’air, le pH et l’humidité dans la serre.

Mais le jardinage facile a un coût : compter entre 4 et 8000 €.

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus