Coronavirus : un médicament contre la polyarthrite est efficace pour soigner les patients du covid19

Dans un service de réanimation au CHU de Strasbourg-Hautepierre début avril / © Thierry Sitter / France Télévisions
Dans un service de réanimation au CHU de Strasbourg-Hautepierre début avril / © Thierry Sitter / France Télévisions

Un essai clinique, mené depuis fin mars à Paris et Strasbourg, a permis de déterminer que le Tocilizumab, médicament d'ordinaire utilisé pour soigner la polyarthrite rhumatoïde, permet de lutter efficacement contre l'infection pulmonaire des malades du covid19. Un formidable espoir.  
 

Par Sabine Pfeiffer

"C'est une super bonne nouvelle. C'est extraordinaire." Les mots ne sont pas trop forts pour le professeur Jacques Eric Gottenberg, chef du service de rhumatologie des hôpitaux universitaires à Strasbourg-Hautepierre, pour qualifier les premiers résultats de cet essai clinique. Un essai qu'il a mené au CHU de Strasbourg conjointement avec le professeur Yves Hansmann, chef de pôle des maladies infectieuses et coordinateur de la lutte contre le covid19, ainsi qu'avec plusieurs homologues parisiens de l'AP-HP (Assistance publique –Hôpitaux de Paris).

En effet, l'information, qui vient d'être officiellement révélée par l'AP-HP dans un communiqué est de taille. Pour la première fois, l'espoir est réel de pouvoir soigner des malades du covid19 sévèrement atteints, à l'aide d'un médicament connu depuis une dizaine d'années et qui ne provoque pas de complications. Une étude hospitalière rigoureuse vient de démontrer que le Tocilizumab, habituellement utilisé pour soulager des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, améliore significativement le pronostic de ceux souffrant d'une pneumonie–covid19 sévère.


Bloquer l'inflammation au niveau des poumons

Actuellement, pour lutter contre le covid19, on a tenté deux méthodes, explique le professeur Jacques Eric Gottenberg : la première consiste à "bloquer le virus par des antiviraux", mais jusqu'à présent, elle n'a eu que des résultats négatifs. "La seconde approche est de bloquer l'inflammation au niveau des poumons, pour éviter qu'elle atteigne une phase irréversible." Et cette approche semble donc s'avérer payante, grâce au Tocilizumab.  

C'est une super bonne nouvelle. C'est extraordinaire.
- Jacques Eric Gottenberg, chef du service de rhumatologie, CHU Strasbourg-Hautepierre

L'étude, menée conjointement par plusieurs services parisiens de l'AP-HP ainsi que celui du professeur Jacques-Eric Gottenberg à Strasbourg, a commencé le 27 mars dernier. Elle a été réalisée sur des malades hospitalisés  "pour une pneumonie covid19 moyenne ou sévère, mais ne nécessitant pas de réanimation au moment de leur admission" précise le communiqué. Et, bien entendu, avec leur consentement.

Comme l'inflammation pulmonaire due au covid19 ressemble beaucoup à celle dont souffrent certains patients atteints de maladies auto-immunes ou de rhumatismes,  l'idée était d'évaluer plusieurs médicaments qui diminuent les inflammations liées à ce type de pathologies, afin de voir s'ils pouvaient également s'avérer efficaces sur l'inflammation pulmonaire due au covid19. Et parmi ces médicaments, le Tocilizumab, utilisé notamment dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, semble faire ses preuves.


Un essai clinique randomisé

Une méthode rigoureuse a été mise en place pour réaliser ces tests. "Il s'agit d'essais cliniques randomisés" précise Jacques-Eric Gottenberg, "le plus haut stade" pour des tests cliniques, considéré comme l'un des meilleurs moyens d'évaluer des effets bénéfiques – ou non – d'approches thérapeutiques comparées.

Au total, 129 patients covid19 hospitalisés (dont plus d'une vingtaine au CHU de Strasbourg), dans un état jugé sévère, et dont plus d'un quart risquait de devoir passer en service de réanimation, ont été randomisés  (c'est-à-dire soumis à un essai contrôlé aléatoire, par tirage au sort). 64 d'entre eux ont continué à être soignés uniquement avec le traitement habituel, tandis que les 65 autres recevaient en outre du Tocilizumab.

Parmi ces derniers, après 14 jours, un taux significatif de patients (le taux n'a pas été communiqué) n'a pas dû être transféré en réanimation, ne nécessitant ni ventilation ni intubation. Et le nombre de décès était également nettement inférieur dans ce second groupe. "Là on a pour la première fois la démonstration rigoureuse, la preuve, qu'un médicament permet de diminuer suffisamment l'inflammation pulmonaire pour éviter l'intubation et la ventilation, et diminuer la mortalité" se réjouit Jacques Eric Gottenberg.

Là on a pour la première fois la démonstration rigoureuse, la preuve, qu'un médicament permet de diminuer suffisamment l'inflammation pulmonaire pour éviter l'intubation et la ventilation, et diminuer la mortalité
- Jacques-Eric Gottenberg, chef du service de rhumatologie, CHU Strasbourg-Hautepierre

Selon Jacques Eric Gottenberg, cet essai a été réalisé dans des conditions jamais vues. Les équipes, les pharmaciens et les administratifs y ont oeuvré 7 jours sur 7, le tout a été mené avec une rapidité fulgurante comparé au temps ordinairement nécessaire à un essai clinique de cette envergure. Ce résultat très positif est donc aussi dû à une implication humaine extraordinaire.

L'énorme espoir soulevé par cette étude permet aussi d'envisager plus sereinement l'arrivée probable d'une seconde vague de l'épidémie, puisque ce médicament permettrait de diminuer considérablement le nombre de patients en réanimation. D'autant plus que son administration est très simple : une seule perfusion, éventuellement renouvelée deux jours plus tard.


D'autres analyses encore en cours

D'autres analyses du même type sont encore en cours. Elles concernent principalement une centaine de patients en réanimation, afin de voir si ce même médicament peut aussi avoir des effets bénéfiques sur des malades aux poumons  encore plus gravement atteints que ceux qui ont fait l'objet de la première étude. La prochaine étape sera de "faire ce type d'essai à plus long terme" ajoute le chef du service de rhumatologie de Strasbourg-Hautepierre, pour vérifier l'efficacité de ce même médicament dans la durée.

L'ensemble de ces essais cliniques n'est donc pas achevé, ni les résultats confirmés de manière indépendante par des essais supplémentaires. Mais, "compte tenu du contexte de la pandémie, les chercheurs et le promoteur se sont sentis obligés, d'un point de vue éthique, de communiquer ces informations, en attendant l'examen par les pairs, tout en continuant le suivi plus long de ces patients" précise le communiqué de l'AP-HP.

Et pour Jacques Eric Gottenberg, "la rigueur de cette étude" permet d'ores et déjà de faire de ces premiers résultats un étalon de mesure pour la suite. "On s'engage pour que (le Tocilizumab) devienne le traitement standard", explique-t-il. Autrement dit, d'autres molécules trouvées par la suite devront s'avérer encore plus efficaces pour pouvoir le remplacer.  
 

Sur le même sujet

Les + Lus