Coronavirus - Strasbourg : pourquoi le centre de dépistage du Parlement européen ferme ce 3 juillet

Alors qu'il avait été installé pour pouvoir organiser massivement des tests de dépistage à l'heure du déconfinement, le 11 mai dernier, le centre de dépistage du Parlement européen de Strasbourg aura permis de tester seulement 1.800 personnes asymptomatiques. Il ferme ce vendredi 3 juillet 2020. 

Le centre de dépistage provisoire du Parlement européen de Strasbourg aurait pu accueillir 2.000 personnes par jour : il aura permis de réaliser 1.800 tests en deux mois.
Le centre de dépistage provisoire du Parlement européen de Strasbourg aurait pu accueillir 2.000 personnes par jour : il aura permis de réaliser 1.800 tests en deux mois. © Alexandra Bucur / France Télévisons
Le centre de dépistage provisoire installé au Parlement européen de Strasbourg avait été mis en place le 11 mai dernier pour être au coeur du plan de déconfinement, alors basé sur une priorité : dépister les personnes malades, et notamment celles qui ne présentent pas de symptômes, pour tracer leurs contacts et pouvoir isoler ceux qui sont testés positifs au Covid 19, afin de casser les chaînes de contamination. Fruit d'un partenariat entre l'Etat, le Parlement et l'agence régionale de santé (ARS), avec le concours du SDIS 67 et des agents de sécurité de la Ville de Strasbourg, il devait être un centre référence, de grande ampleur, capable d'accueillir et de tester jusqu'à 2.000 personnes par jour. Après deux mois d'ouverture, il aura finalement vu passer 1.800 personnes asymptomatiques.

Des tests proposés dans les quartiers

"Au vu de l’amélioration notable de la situation sanitaire et de la baisse de la propagation du virus dans le département du Bas-Rhin, et notamment dans l’Eurométropole, la décision a été prise conjointement avec le Parlement européen de procéder à la fermeture du centre ce vendredi 3 juillet", annoncent conjointement les différents partenaires associés pour faire fonctionner la structure. Et la préfecture de préciser que "c'est une bonne nouvelle, puisque cela veut dire que l'épidémie recule, que le virus circule moins. Et nous permettons ainsi de rendre ses locaux au Parlement." Le Parlement qui pourra ainsi se préparer au retour des élus européens en session plénière, qui est prévue le 14 septembre.
 
Pour autant, les tests de dépistage organisés par l'ARS ne s'arrêtent pas : est privilégiée une campagne de dépistage gratuit, sans ordonnance et sans rendez-vous, menée au plus près des habitants, de façon itinérante. Passée par Mulhouse, Colmar et Strasbourg, cette opération fonctionne bien et se poursuivra au moins jusqu'au 10 juillet. Les lieux où ces tests sont organisés sont détaillés dans l'article ci-dessous.
  Cette campagne est organisée ainsi pour aller à la rencontre des gens, sur des sites fréquentés comme des marchés, des centres socio-culturels, des espaces d'animation, afin d'être visibles et de donner l'idée de se faire dépister, sans qu'aucune démarche ni déplacement ne soient nécessaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter