Strasbourg : pourquoi le Coronavirus ravive la bataille pour le siège du Parlement européen

La prochaine session plénière du Parlement européen débutera à Bruxelles lundi 9 mars 2020 / © Jean-Marc LOOS/MaXPPP
La prochaine session plénière du Parlement européen débutera à Bruxelles lundi 9 mars 2020 / © Jean-Marc LOOS/MaXPPP

La prochaine session plénière du Parlement européen se tiendra exceptionnellement à Bruxelles en raison de l'épidémie liée au coronavirus. Une décision qui ne manque pas de raviver les inquiétudes des pro-Strasbourg autour de la bataille du siège de l’institution.
 

Par Marie Coulon

Lundi 9 mars 2020, la prochaine session plénière du Parlement européen ne débutera pas à Strasbourg, mais bien à Bruxelles. L'annonce a été faite jeudi 5 mars par le président de l’institution, David Sassoli. Une décision rare, prise seulement deux fois par le passé, en 2008 lorsqu'une partie du plafond de l’hémicycle strasbourgeois s'était effondrée. 

Cette fois, c'est le Coronavirus Covid-19 qui est à l'origine du déménagement forcé. "Compte tenu de l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France, j'ai décidé que la plénière de la semaine prochaine serait organisée à Bruxelles", a écrit David Sassoli, dans une lettre aux groupes politiques, dont l'AFP a obtenu copie. Neuf décès en France d'une personne contaminée par le nouveau coronavirus a été confirmé ce vendredi 6 mars, la France compte au 6 mars, 423 personnes contaminées. La Belgique compte 50 personnes contaminées.
 

Beaucoup d'eurodéputés trouvaient absurde d'aller à Strasbourg

Quelques jours auparavant, plusieurs groupes politiques avaient clairement exprimé le souhait d'un transfert en raison de la progression du virus, et de la crainte d'être confinés à Strasbourg pendant 14 jours, selon une source parlementaire. "Beaucoup d'eurodéputés trouvaient absurde d'y aller, craignant aussi d'être contaminés dans le train", en indique une autre.     

Mick Wallace, élu irlandais, membre du groupe de gauche radicale GUE, avait pris la plume, lundi 2 mars, pour faire entendre la voix des inquiets.

"Nous devrions tirer des leçons de ce qu’on fait les Chinois qui semblent avoir obtenu un certain contrôle de la propagation du virus en limitant les déplacements et les mesures d’isolement, a-t-il notamment écrit. Dans un tweet, il s'était également interrogé, depuis trois semaines, nous avons des consignes contradictoires à Bruxelles, mais rien à Strasbourg. C’est fou. Où est la logique ?"
 


Le virus a-t-il bon dos ?

Il n’en fallait pas plus déclencher une nouvelle passe d’armes entre les pro et les anti-Strasbourg qui s’affrontent dans la bataille du siège du Parlement européen. Certains eurodéputés dénonçant, derrière l'argument sanitaire, des "manoeuvres" destinées à ébranler la position de la capitale alsacienne.

L'eurodéputée française Nathalie Colin-Oesterlé (PPE) a été l'une des premières à le souligner sur Twitter, dès l'annonce du transfert. "Une manière de fragiliser à nouveau le siège de Strasbourg", a-t-elle asséné.

Anne Sander (Les Républicains – PPE),  ne décolère pas non plus et pointe l'incohérence de la décision. "Je comprends qu'un certains nombres de collègues soient inquiets mais si on considère qu'il y a des risques, il fallait annuler la session. Le fait de dire, c'est trop dangereux à Strasbourg, mais on peut quand même se réunir à Bruxelles, c'est une décision qui ne me convient pas. Le risque est le même", explique-t-elle avant d'ajouter, "il y a tous ceux qui profitent de cette situation pour donner un coup supplémentaire à Strasbourg". 
 
Le maire de Strasbourg, Roland Ries, a lui prévenu: "Je prends acte de cette décision de ne pas réunir les parlementaires à Strasbourg. En tout état de cause, je tiens à ce que douze sessions plénières du Parlement européen soient bien organisées à Strasbourg en 2020 conformément aux traités."

Stéphane Séjourné, le chef de file des macronistes au Parlement européen (Renew), s'est de son côté montré rassurant, affirmant que "cette décision contextuelle ne doit faire l'objet d'aucune polémique. La priorité est sanitaire. Ce n'est pas un débat politique. il y aura bien 12 sessions plénières cette année à Strasbourg"

En attendant, quid des sessions qui devraient avoir lieu dans les prochaines semaines, alors que le pic épidémique n'est pas encore atteint?


Une opposition de longue date 

Selon les traités européens, le Parlement européen a son siège à Strasbourg, où se tiennent douze sessions plénières de trois jours et demi par an. Mais le reste du temps, les eurodéputés travaillent à Bruxelles où sont organisées des mini-sessions et où se réunissent les commissions spécialisées. Les partisans du siège unique à Bruxelles dénoncent inlassablement depuis des années le coût financier et écologique de cette transhumance d'environ 2.500 personnes, et le fait que l'immense complexe strasbourgeois est utilisé quatre jours par mois seulement.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus