Coronavirus : comment les frontaliers français sont discriminés en Allemagne

Buraliste de Kehl, fermé et déserté par les Français qui n'ont plus le droit de venir dans la cité rhénane faire leurs courses, le 23 avril 2020. / © Florence Grandon. France Télévisions.
Buraliste de Kehl, fermé et déserté par les Français qui n'ont plus le droit de venir dans la cité rhénane faire leurs courses, le 23 avril 2020. / © Florence Grandon. France Télévisions.

Depuis la fermeture des frontières le 16 mars 2020, les frontaliers français doivent justifier leur passage vers l'Allemagne. Et dans le même temps, ils se sentent indésirables dans les commerces, réduits parfois à leur accent ou à leur plaque d'immatriculation. Une situation tendue à la frontière.

Par Florence Grandon

Difficile de ne pas parler des frontières quasi-fermées, et des relations franco-allemandes quand on habite à Kehl. Je suis journaliste pour France 3 Alsace et j’habite en Allemagne. Au cours de mes reportages ces dernières semaines, beaucoup de mes interlocuteurs me glissent un mot ou deux sur cette situation qui s'éternise. Certains s’inquiètent d’une attitude hostile envers les Français. D’autre constatent une restriction supplémentaire, valable seulement pour les frontaliers français. Dans le Kehler Zeitung on parle désormais de "Franzosen-Bashing". Que se passe-t-il à la frontière ?

« Passierschein » et bouchons

Les frontaliers sont tous les matins dans les bouchons côté français, avant le passage de la frontière qu’on pensait disparue. Le Rhin, entre l’Alsace et le Bade-Wurtemberg, est synonyme de ralentissement. Marc Rich habite à Strasbourg et travaille à Achern chez Zeiler, un fabricant de fenêtre.

Quand il dépose sa femme, il passe par Gambsheim, sinon il va à Kehl directement par le pont de l’Europe. "Dans les deux cas, je pars plus tôt, mais si un jour j’arrive en retard, mon patron est compréhensif". Il doit montrer un laissez-passer et une carte d'identité aux policiers allemands. "Parfois, ils contrôlent aussi l'assurance automobile et le contrôle technique."

Courses interdites après le travail

Une fois le travail terminé, impossible de s'arrêter au retour faire ses courses, comme il en avait l’habitude. La police municipale distribue des amendes pouvant aller de 250 à 1500 euros en cas de récidive. "Avant, je faisais mes courses, je m’arrêtais au Dm. Certains jours, je pouvais à peine rentrer, tellement le magasin était plein. Maintenant je passe devant sans m’arrêter et je vois le parking presque désert", constate Marc Rich.
 
 

Frontaliers allemands moins contraints

Quand les frontières ont été fermées, le 16 mars, seuls les frontaliers et les transports de marchandises ont été autorisés à passer le Rhin quotidiennement. Pour éviter la propagation du coronavirus en Allemagne, alors que le Grand Est était fortement touché par la pandémie.

Décision unilatérale dans un premier temps. Puis un laissez-passer vert a été introduit, pour faciliter le passage des travailleurs frontaliers, c’est-à-dire les travailleurs habitant en France et qui devaient aller rejoindre leur entreprise en Allemagne. Pas de considérations de nationalité. Au début.
 
Susanne Strobel fait ses courses avant d'aller travailler, vendredi 24 avril à Kehl. Les plaques d'immatriculation françaises se font plus rares Outre-Rhin. / © Florence Grandon. France Télévisions.
Susanne Strobel fait ses courses avant d'aller travailler, vendredi 24 avril à Kehl. Les plaques d'immatriculation françaises se font plus rares Outre-Rhin. / © Florence Grandon. France Télévisions.

Susanne Strobel est allemande, elle vit à Strasbourg et travaille dans une pharmacie de Kehl depuis 7 ans. "J’ai gardé mes habitudes, je viens à vélo ou en voiture, et je fais mes courses sur le marché de Kehl pendant ma pause."

Petra est dans le même cas de figure, elle a également pu passer ce vendredi sans problème. Elle n'a pas eu besoin de montrer un laissez-passer, d'ailleurs elle est actuellement en congé parental. "Je suis passée en montrant mon passeport allemand, parce que j’avais un rendez-vous médical à Kehl. J’en ai profité pour aller chez le charcutier. Il faut bien mettre la barrière quelque part."

Regards de travers et attitudes hostiles

Marc Rich n'en revient pas. "Un jour, tout au début du rétablissement des frontières, je faisais mes courses au Lidl de Kehl, comme d'habitude. Et en entendant mon accent français à la caisse, un client allemand m'a dit "je vais appeler la police". Je n'ai pas compris tout de suite ce qu'il voulait dire. C'est un collègue qui m'a expliqué après, que nous les frontaliers nous ne pouvions plus faire d'achats après le travail en Allemagne." Salarié français en Allemagne depuis 35 ans, Marc est choqué. "Si j'entends une insulte, comme il y a eu ailleurs, je ne mettrai plus les pieds en Allemagne, ça, c'est sûr !"

Sabrina vend des cigarettes dans la rue principale, à 50 mètres du point de contrôles côté allemand. Elle est frontalière depuis 13 ans. "Avant même que la frontière ne ferme, j'ai perçu des regards lourds à la station-service quand je prenais de l'essence. Je n'avais jamais ressenti ça ! Pourtant, ils me connaissent." Le mari de son amie, un Français habitant Kehl, a sorti un jour son bail à une caissière pour justifier son droit de faire ses courses chez Aldi, "vous vous rendez compte ? Il n'y a pas une bonne ambiance en ce moment."

Agressivité au lieu de renseignements

Pour Cédric Dolanc, l'agressivité s'est manifestée par retour de mail. Sa mère, allemande résidant à Merlebach en Moselle, est affiliée à une caisse maladie allemande depuis toujours et fais donc tous ses soins en Allemagne. Comme beaucoup de frontaliers, dans un sens ou dans l'autre. Ayant besoin de suites de soins post-opératoires à Sarrebruck en Sarre, elle s'est adressée toute de suite le 19 mars à la hotline (mail et téléphone) mise en place par le Land de Sarre pour toutes les questions relatives au coronavirus. Elle voulait se renseigner sur les modalités de passage de la frontière pour raison médicale importante.

La réponse laconique et agressive est arrivée une heure après : "Avez-vous écouté les nouvelles? Schengen ist ausgesetzt : Vous êtes en guerre ! Hier die Seite der Franzosen:" [traduction : ... Schengen est aboli... voici la page des Français]. Réitérant sa question avec politesse et fermeté, une seconde réponse arrive : "regardez dans votre passeport votre adresse de résidence. Est-ce que je peux tout savoir ?"

Une réponse non professionnelle et très agressive que la retraitée a adressée au ministère de la santé régional. Depuis, cette résidente a trouvé les informations par elle-même et elle a pu aller à chaque fois à ses rendez-vous médicaux en Sarre sans problème. "De voir ce mépris et ce racisme tourné en ce moment vers les Français, c'est très triste", commente son fils Cédric, choqué par ces courriers.
 

Frontière complètement fermée vers Sarrebruck

Dorothée Haffner est journaliste pour Arte, elle habite à Strasbourg et a dû se rendre à Sarrebruck en Sarre pour déposer son fils chez son père, dont elle est séparée, juste avant le week-end de Pâques. "Normalement, je sors de l'autoroute à Sarreguemines, et je prends la direction de Sarrebruck. L'accès était condamné, et pas de policiers en vue ! J'ai essayé de passer par Spicheren et la croix blanche, j'étais dans ma voiture et je racontais l'histoire de cette croix à mon fils de 10 ans, tous les morts qu'il y a eu à cet endroit. Et sur cette petite route que je connais si bien, juste derrière, je tombe sur une barricade ! C'était choquant."
 
La croix du souvenir français à Spicheren / © CC Fabien Gothier
La croix du souvenir français à Spicheren / © CC Fabien Gothier

Elle finira par trouver un point de passage en pleine forêt. "Je suis française et allemande, je suis née en 1985, pour moi, cette frontière n'existe pas ! Lundi, j'y retourne pour chercher mon fils, j'espère que ce sera plus simple". Pour elle, c'est visible que les Allemands ont pris cette décision unilatéralement. "On voit des pancartes en allemand seulement, c'est flagrant."

Des améliorations en vue

Plusieurs assouplissements se concrétisent. Les frontaliers peuvent se rendre dans les stations-service en allant ou en revenant de leur travail. "Depuis une ou deux semaines, les frontaliers ont de nouveau le droit de faire le plein d’essence en Allemagne", se félicite Katrin Neuss, de l’Eurodisctrict Strasbourg-Ortenau. 

Le rappeur franco-allemand Felix Neumann a lancé en mars une initiative solidaire d'aide entre voisins dans l'Ortenau. Ils font notamment les courses pour les personnes fragiles. Ils ont obtenu depuis le 20 avril le droit de proposer leurs services au personnel de la clinique de Kehl, notamment aux salariés français, en leur délivrant également une attestation pour qu'ils puissent passer la frontière sans se faire verbaliser si un policier constate des achats faits à Kehl dans son coffre ou son panier de vélo.
 
 

Les proches pourront se revoir

Finie l'attente aux frontières pour les enfants de parents franco-allemands séparés, ils pourront rejoindre leurs deux lieux de vie. Même chose pour les couples séparés par la frontière. Il y a avait eu quelque cas critiques, puisque la garde d'enfants ne faisait pas partie des dérogations accordées pour traverser la frontière. Certains enfants n'ont donc pas été remis à leur autre parent pendant plusieurs semaines.

Les règles s'assouplissent et Brigitte Klinkert, présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, a fait part de son soulagement dans un communiqué de presse vendredi 24 avril : "je me réjouis de cette décision qui permettra à de nombreuses familles de se retrouver. Ce “signal positif” doit maintenant aussi s’étendre au monde économique." Elle demande aussi à la France de simplifier l'attestation de déplacement dérogatoire internationale et de faciliter l'entrée des entreprises sur le territoire français.
 
​​​​​​​


Réactions en chaîne

Des hommes et des femmes politiques français et allemands ont demandé la réouverture des frontières, et depuis quelques jours les réactions se multiplient, de part et d'autre de la frontière pour mettre fin à la discrimination envers les Français, voire pour demander la réouverture des frontières au plus vite.

Le maire de Karlsruhe, Frank Mentrup, a écrit le 22 avril une lettre au gouvernement régional (Landesregierung) pour demander l'"arrêt des humiliations et des discriminations envers les Français, à la frontière notamment". Il souhaite l'annulation des amendes contre les frontaliers qui font des achats Outre-Rhin, ainsi qu'une amélioration de l'entrée sur le territoire allemand. Au niveau de Karlsruhe, il peut y avoir parfois jusqu'à 4 km de bouchons le matin. Et la situation empire parce que de plus en plus d'entreprises rouvrent progressivement, insiste-t-il. "Il dit entendre souvent cette phrase : "Zum Arbeiten sind wir gut genug, aber im Supermarkt sind wir ein Risiko." Nous sommes bons pour travailler, mais dans les supermarchés nous sommes un risque."

L'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau a également adopté une résolution le 20 avril pour demander aux autorités françaises et allemandes "de rétablir dès que possible notre liberté fondamentale de libre circulation."

Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, a également réagi dans un tweet pour dénoncer les insultes envers les Français : "Le coronavirus ne connaît aucune nationalité. C'est la même chose pour l'humanité. C'est douloureux de voir nos amis français insultés et agressés à cause du covid19 chez nous. Ces comportements sont inadmissibles. Et en plus : nous sommes tous dans le même bateau !"  ​​​​​​​

​​​​Réouverture des frontières

​​​​​​​Vendredi 24 avril en fin d'après-midi, Thomas Strobl, le ministre de l'Intérieur du Bade-Wurtemberg a pour la première fois évoqué la réouverture des frontières "sous certaines conditions". "Si la situation sanitaire entre le Grand Est et le Bade-Wurtemberg continue de s'équilibrer et quand les commerces auront rouvert en France, nous pourrons envisager une réouverture progressive des points de passage à la frontière", a-t-il expliqué, après s'être entretenu avec Jean Rottner, président de la région Grand Est. A partir du 11 mai, les commerces pourraient rouvrir en France.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus