Décès de Marielle de Sarnez : une élue européenne saluée par les élus alsaciens

A droite et à gauche de l'échiquier politique, nombreux sont les hommes et femmes politiques à rendre hommage à Marielle de Sarnez, morte mercredi 13 janvier 2021 à Paris. Cette élue MoDem proche de François Bayrou était une élue européenne engagée. Réactions en Alsace.

Marielle de Sarnez en 2017
Marielle de Sarnez en 2017 © PHILIPPE LOPEZ / AFP

C'est François Bayrou qui l'a annoncé dans un tweet, Marielle de Sarnez est morte à 69 ans d'une leucémie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, mercredi 13 janvier 2021. L'ancienne ministre des Affaires européennes était le bras droit de François Bayrou au MoDem, et elle avait été députée européenne de 1999 à 2017. Vice-présidente du parti centriste et députée de Paris, elle avait été mise en examen en 2019 dans l’affaire des emplois fictifs du MoDem au Parlement européen.

"Voici le jour en trop. Marielle, si talentueuse et si courageuse, Marielle de Sarnez vient de partir. Notre chagrin est immense", a tweeté François Bayrou dans la soirée de mercredi.

En Alsace, les réactions ne se font pas attendre. Le président de la région Grand Est, Jean Rottner parle d'une "femme politique de grand talent. Elle avait les convictions chevillées au corps. #marielledesarnez nous manquera".

"Très attristée ce soir par la disparition de Marielle de Sarnez. Européenne convaincue et centriste passionnée, nous échangions souvent à Strasbourg, autour de nos convictions pour l’Europe", écrit ce mercredi la députée européenne Fabienne Keller (Agir) dans un tweet.

"Une grande voix centriste s’éteint. La République perd une militante acharnée de l’idéal humaniste et européen", a déclaré Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l'insertion, dans un tweet.

Sylvain Waserman, élu MoDem du Bas-Rhin parle d'une "femme politique qu'[il a] beaucoup appréciée et beaucoup admirée" dans cette publication

Apprenant la nouvelle en pleine séance, les députés ont observé une minute de silence à l'Assemblée Nationale.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décès faits divers