Cet article date de plus de 3 ans

Dépistage du VIH : un autotest révolutionnaire à 10 euros, fabriqué en Alsace

Rapide et peu cher: ce tout nouveau test d’autodépistage du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) a tout pour plaire. L’entreprise à l’origine de ce test Exacto, Biosynex, est basée à Illkirch-Graffenstaden, près de Strasbourg (Bas-Rhin).
 
La commercialisation du nouveau Exacto Test VIH a commencé.
La commercialisation du nouveau Exacto Test VIH a commencé. © Vincent Ballester, France 3 Alsace
Une révolution. Un tout nouveau test Exacto, conçu sur le modèle du test de grossesse à faire soi-même, permet désormais de détecter sa séropositivité (ou confirmer sa séronégativité). Il suffit d’une goutte de sang, et on attend alors dix minutes. Le résultat, fort clair, permet une confirmation immédiate d’une éventuelle infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Ce test a été conçu par l'entreprise alsacienne Biosynex, à Illkirch-Graffenstaden, près de Strasbourg (Bas-Rhin).

Après deux ans de recherche, Biosynex commercialise ce test pour le prix modique de 10 euros. Ses deux concurrents, respectivement américain et canadien, le vendent à hauteur de 25 euros. Le secret derrière ce prix bas: l’entreprise alsacienne assure la fabrication et la distribution de ces tests. 15.000 tests ont été produits. Pour fonctionner, le test doit être pratiqué au moins trois mois après le rapport à risque. S'il est positif, un test en laboratoire doit être pratiqué pour confirmer le diagnostic.

Le sida (dernier stade de l'infection par le VIH) ne doit pas être une fatalité. La recherche pour l’éradiquer progresse. Pour répondre à vos éventuelles interrogations, une foire aux questions (FAQ) très pratique est disponible sur SidaInfoService.org. Vous pouvez également contacter le 08 00 84 08 00 (numéro gratuit garantissant anonymat et confidentialité).
 

Un dépistage facilité

Jean-Michel Meyer, qui milite pour AIDES (l'association luttant contre le VIH et les hépatites) trouve ce test salutaire (voir vidéo ci-dessous): "Il y a 30.000 personnes séropositives en France qui ne le savent pas. Qui n'ont pas été diagnostiquées. L'enjeu, c'est de pouvoir trouver à un moment donné ces 30.000 personnes. L'auto-test est un des outils, avec les autres, qui va permettre à un moment donné de favoriser le dépistage."
 
Retrouvez l'extrait de notre journal télévisé consacré à ce sujet
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société sida économie