Gilets jaunes : mobilisation plus forte que ces dernières semaines à Strasbourg, cinq interpellations

750 gilets jaunes ont défilé toute la journée à Strasbourg, ce samedi 23 février. C’est bien plus que ces dernières semaines. D’abord bon enfant, l’ambiance s’est tendue en début de soirée. Cinq personnes ont été interpellées. Retour sur ce 15e jour de mobilisation.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les gilets jaunes de toute l’Alsace se sont réunis à Strasbourg ce samedi 22 février avec l’idée de poursuivre la mobilisation jusque dans la nuit pour une « nocturne ». Plusieurs cortèges se sont rejoints à 15 heures devant le Parlement Européen avant de manifester dans toute la ville. La situation s’est dégradée en début de soirée, devant la gare, puis au centre-ville. Les forces de l’ordre ont utilisé du gaz lacrymogène devant des manifestants de moins en moins nombreux. Cinq personnes ont été interpellées d'après la préfecture.

20 heures : le cortège se disperse

Plus aucun gilet jaune ne figure dans le groupe d'une cinquantaine de manifestants toujours présents au centre-ville, selon les Dernières Nouvelles d'Alsace. Les forces de l'ordre effectuent des contrôles d'identité, indique la préfecture. 

19 heures : tensions devant la Cathédrale

Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogène devant la Cathédrale et demandent aux manifestants de se disperser. Le nombre de gilets jaunes a nettement chuté.

18 heures : lacrymogènes devant le cinéma Vox

Les manifestants ne parviennent pas à accéder à la gare et rebroussent chemin par la rue du 22 novembre.
Les CRS chargent devant les Galeries Lafayettes, fermées. Du gaz lacrymogène est utilisé devant le cinéma Vox. Des pierres et des bouteilles volent, des pétards éclatent. 
Les forces de l'ordre font encore usage de gaz lacrymogène, rue des Grandes Arcades. 
Plusieurs personnes ont été interpelées. 

17 heures : les CRS chargent devant la gare

Les gilets jaunes arpentent les rues du centre-ville. Ils convergent actuellement vers le musée d'Art Moderne. De nombreux manifestants ont rejoint le cortège au fur et à mesure de son avancée, au point de doubler ses rangs. 750 gilets jaunes marchent désormais à Strasbourg selon nos journalistes sur place.

Quelques personnes arrachent des barrières de chantier du tram, près de la gare de Strasbourg. Des CRS interviennent et le cortège repart vers la place Kléber.

Le Printemps et le centre commercial des Halles ont fermé leurs portes par mesure de sécurité. 

Le cortège reprend la direction de la gare. Subitement, la tension monte. Certains manifestants se saisissent à nouveau de barrières de chantier du tram et arrivent face aux CRS qui bloquent le bout de la rue. Les forces de l'ordre chargent, les gilets jaunes se dispersent. Des casseurs ont semble-t-il rejoint le groupe. 

16 heures : retour place Kléber

Le groupe s'est quelque peu étoffé et compte désormais 350 membres, qui ont pris la direction de la place Kléber, toujours dans une ambiance bon enfant. La suite du programme est assez floue. 
 


15 heures : Parlement Européen

Les gilets jaunes, rassemblés depuis 10 heures samedi matin arrivent devant le Parlement Européen. Ils rejoignent un deuxième cortège, composé d'une cinquantaine de personnes venues de Mulhouse, Schirmeck ou encore Roppenheim. Les deux groupes réunis, les manifestants sont environ 250 selon nos journalistes présents sur place. Une dizaine de camions de CRS sont stationnés devant l'institution pour sécuriser le site.

14 heures : direction le Parlement Européen

Après un arrêt place Kléber, les gilets jaunes prennent la direction du Parlement Européen en remontant l'allée de la Robertsau pour rejoindre un deuxième cortège, censé se regrouper devant le Parlement Européen à 15 heures. Le programme a donc semble-t-il évolué. Aucun débordement n'est à signaler, la manifestation se poursuit dans le calme.
 


13 heures : Cathédrale de Strasbourg :

Les manifestants prennent quelques minutes, devant la Cathédrale de Strasbourg, pour distribuer des tracts concernant le RIC - Référendum d'Initiative Citoyenne - aux passants. Les mêmes tracts que depuis plusieurs semaines désormais, et les mêmes banderoles, réclamant la démission du président de la République, Emmanuel Macron, ou encore appelant les Strasbourgeois à rejoindre le mouvement : "Strasbourg, avec nous", peut-on lire sur l'une d'entre elles, en tête de cortège. 
 

12 heures : manifestation dans la ville

Les gilets jaunes quittent la place de la République. Ils font une première halte devant le Tribunal de Strasbourg pour demander l'amnistie de tous les gilets jaunes. 
 

Ils s'arrêtent ensuite devant les Dernières Nouvelles d'Alsace pour réclamer le droit de publier leurs revendications dans le journal, puis se dirigent vers les locaux de France Bleu Alsace. Au niveau de la place Broglie, ils bloquent le tram pour quelques instants avant de repartir dans le calme.
 
 

10 heures : assemblée générale, place de la République

Environ 200 personnes sont présentes pour le désormais traditionnel rendez-vous donné place de la République, selon nos journalistes sur place. En ce 15e jour de mobilisation, une assemblée générale se tient comme chaque semaine. 
 
 

Les gilets jaunes se sont à nouveau donné rendez-vous dimanche 24 février pour la première "rencontre des gilets jaunes de l'Est", à l'appel du groupe présent chaque samedi matin, place de la République à Strasbourg. Des gilets jaunes de tout l'Est de la France mais aussi des Allemands sont attendus dans une salle d'Illkirch, à partir de 11 heures. La rencontre s'organise depuis quelques jours via les réseaux sociaux.