• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Fabienne Keller et Antoine Herth quittent Les Républicains

© MaxPPP
© MaxPPP

Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin et Antoine Herth, député de la cinquième circonscription du Bas-Rhin, ont annoncé dans une lettre adressée à Laurent Wauquiez, président des Républicains, qu'ils quittent le parti. 

Par M.C.

Qu’est ce qui a motivé votre décision ?

Fabienne Keller : Il y a eu la façon dont s'est déroulée l'élection à la présidence du parti Les Républicains en décembre. Et le discours très populiste de Laurent Wauquiez. Je ne me reconnais pas dans ses prises de paroles qu'il a d'ailleurs assumées.

Est-ce difficile de quitter les Républicains ?

Oui. Je croyais à l’idée d'une CDU à la française, créer un grand mouvement du centre, de la droite. Mais ce projet n’a pas été respecté. Le mouvement s’est droitisé, avec des idée populistes.

Qu’allez vous faire désormais, rejoindre la République en marche ? 

Je fais partie des cofondateurs du parti Agir, la droite constructive, lancé début décembre avec notamment Olivier Becht et Antoine Herth. 
Nous allons travailler sur les sujets européens, les territoires, la sobriété budgétaire, la politique familiale. On est en train de se structurer dans un très bon esprit. On est une startup, il y a beaucoup de personne de la droite et du centre qui souhaitent y participer.


Pensez-vous vous présenter aux prochaines municipales à Strasbourg contre un candidat LR ?
C'est une échéance lointaine... Je me consacre avec le groupe municipal à défendre les Strasbourgeois, le rayonnement de la métropole, et son statut européen.

"Nous croyons au plus profond de nous-mêmes que la France a besoin pour son équilibre politique et démocratique d’une droite républicaine, profondément européenne, sobre, à l’écoute des territoires, vigilante mais constructive, qui refuse toute forme de collusion idéologique ou politique avec les extrêmes. Cette droite, du fait de vos orientations et de vos choix, ne peut plus s’incarner à travers « Les Républicains », expliquent-ils à Laurent Wauquiez."Nous avons à cœur de continuer à œuvrer avec tous ceux qui ne renoncent pas à une droite de la dignité et de la responsabilité, indépendante et européenne. Et ils sont nombreux."

Les deux parlementaires alsaciens ne sont pas les premiers à quitter "Les Républicains", après les déclarations choc de Laurent Wauquiez, président de LR, diffusées par Quotidien. L'ex-ministre Dominique Bussereau avait annoncé mardi soir, à l'issue de l'intervention de Laurent Wauquiez sur BFM-TV, sa décision de quitter le parti des Républicains. "Je m'attendais à ce qu'il s'excuse", a-t-il affirmé mercredi sur Public Sénat, ajoutant que M. Wauquiez aurait dû, pour "mettre fin à l'incident", reconnaître être "allé trop loin" et avoir "tenu des propos qu'(il) n'aurait pas du tenir". L'euro-députée Elisabeth Morin-Chartier a également annoncé son départ. "Je ne me retrouve pas dans la spirale dans laquelle notre parti s'engage",
a-t-elle déclaré dans un communiqué, citant le "respect des citoyens, des institutions et de la parole donnée"
comme valeurs nécessaires en politique.

"Un non-événement" pour les Républicains du Bas-Rhin

Laurent Furst, député du Bas-Rhin, Président des Républicains 67 et Georges Schuler, secrétaire départemental, ont réagi ce vendredi après-midi en publiant un communiqué. Fabienne Keller et Antoine Herth annoncent aujourd’hui quitter le mouvement « Les Républicains ». En réalité ils l’ont fait depuis plusieurs mois lorsqu’ils se sont rattachés administrativement à l’UDI. Leur annonce est donc un non-événement. Antoine Herth, proche de Bruno LE MAIRE, n’avait pas de candidat « En Marche » contre lui aux dernières élections législatives et ne s’est pas inscrit au groupe parlementaire des Républicains. Fabienne Keller a depuis longtemps d’autres objectifs personnels que ne peut satisfaire un mouvement d’opposition. Ce double départ constitue au fond une clarification utile pour la cohérence et l’avenir de notre Mouvement.


 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus