• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

GCO : 1 000 manifestants rassemblés à Strasbourg et une grève de la faim annoncée

Nouvelle manifestation des anti-GCO place de la République à Strasbourg samedi 6 octobre / © Auberie Perreaut / France 3 Alsace
Nouvelle manifestation des anti-GCO place de la République à Strasbourg samedi 6 octobre / © Auberie Perreaut / France 3 Alsace

Environ 1 000 personnes se sont rassemblées place de la République à Strasbourg ce samedi après-midi, pour lutter contre le projet de GCO (Grand Contournement Ouest) de Strasbourg. Les militants menacent de faire la grève de la faim s'ils ne sont pas entendu rapidement par le gouvernement.

Par Eline Erzilbengoa

Un seul mot d'ordre ce samedi après-midi place de la République : résister ! 
 
Les militants anti-GCO réunis place de la République à Strasbourg samedi 6 octobre / © Auberie Perreaut / France 3 Alsace
Les militants anti-GCO réunis place de la République à Strasbourg samedi 6 octobre / © Auberie Perreaut / France 3 Alsace

Environ un millier de manifestants se sont rassemblés pour lutter contre le GCO, un projet autoroutier de contournement à l'Ouest de Strasbourg dont les travaux ont débuté il y a quelques semaines et qui implique la destruction de plusieurs hectares de forêt. 
 

Fin septembre, les juges du tribunal administratif de Strasbourg ont décidé de ne pas suspendre les travaux, malgré des doutes sur le respect de la légalité de l'arrêté préfectoral. 

"Pour autant, le bras fer engagé avec l’État et Vinci est loin d’être terminé", annonce le collectif sur son site internet. "Toutes les cartouches juridiques sont loin d’être épuisées. Nous irons notamment en cassation devant le Conseil d’État pour contrer la décision du TA", ajoute-t-il. 
 


Frapper un grand coup


En prime, si les militants ne sont pas rapidement entendus, ils débuteront une grève de la faim d'ici une semaine à 15 jours. 

"On pose un ultimatum aux autorités, au plus haut niveau de l'Etat, y compris au Président de la République, de mettre le nez dans ce dossier parce qu'il doit être pris au sérieux", affirme Michel Dupont, militant anti-GCO et ancien collaborateur de José Bové.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus