GCO de Strasbourg : les opposants de retour à la ZAD

Une quinzaine de zadistes s'est réinstallée vendredi 21 septembre au soir sur le site du Moulin à Kolbsheim. Ils ont profité de l’absence de gendarmes mobiles sur cette zone déboisée par Vinci 
Les opposants au GCO de Strasbourg sont de retour sur la ZAD
Les opposants au GCO de Strasbourg sont de retour sur la ZAD © Bruno Dalpra
Se battre, jusqu’au bout, les opposants au grand contournement ouest de Strasbourg y sont résolus. Peu avant 20h vendredi 21 septembre, ils étaient une quinzaine à se réinstaller sur la ZAD (zone à défendre) de Kolbsheim, évacuée le 10 septembre dernier, à l’occasion du lancement des travaux de déboisement. "Lorsqu’on a vu qu’il n’y avait plus de barrages mobiles le long de la départementale, nous avons rameuté le plus de monde possible pour venir occuper le site, au niveau du moulin" raconte Michaël Kugler du collectif GCO Non Merci. "On a constaté avec surprise qu’il y avait une opportunité, on l’a saisi. Certes, la zone ne ressemble plus à ce qu’elle était, mais le moulin et la grange sont toujours là, alors nous en profitons" renchérit Bruno Dalpra, le coordinateur du collectif.

   

Une réappropriation de courte durée?


Depuis ce matin la départementale est à nouveau fermée à la circulation par les gendarmes mobiles. Les barrages ont fait leur retour. "Nous nous attendons à être prochainement délogés, mais pour l’instant tout se passe bien" affirme Bruno Dalpra. "L’objectif est d’avoir un nouveau lieu de vie qui nous permette d’occuper la forêt avec des projets de développement, type maraîchage ou permaculture" précise Michaël Kugler. "Nous allons refaire un appel aux dons. C’est important que tout cela reparte dans le bon sens." 



De son côté, la préfecture confirme l’installation "de petits bivouacs" mais ne constate pas "d’installations en dur". "Tant que ça reste comme ça, il n’y a aucun problème" précise-t-elle encore.

 

Parallèlement à cette occupation, une semaine après la grande mobilisation de Kolbsheim, un rassemblement est en cours ce samedi 22 septembre après-midi à Vendenheim. Plusieurs centaines de personnes se sont une nouvelle fois rassemblées pour dire leur opposition au GCO. Le tribunal administratif de Strasbourg, qui a examiné mercredi 19 septembre l'arrêté préfectoral autorisant le lancement du chantier de la rocade controversée à l'ouest de la capitale alsacienne, rendra sa décision mardi prochain. Ce référé, introduit par l'association Alsace Nature, constitue l'un des derniers espoirs pour les opposants au projet.

 
© Bruno Dalpra
 
© Bruno Dalpra
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gco économie transports routes