• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

GCO : un nouveau référé examiné par le tribunal administratif de Strasbourg, décision attendue dans la semaine

La forêt de Vendenheim déboisée peu à peu / © France 3 Alsace
La forêt de Vendenheim déboisée peu à peu / © France 3 Alsace

Objectif : ne rien lâcher. L'association Alsace Nature dépose référés sur référés. Le dernier en date doit être examiné ce lundi 19 novembre par le tribunal administratif de Strasbourg, un référé de suspension qui concerne le déboisement de la forêt de Vendenheim. Décision attendue dans la semaine.

Par Anne-Laure Marie

"C'est en effet le 5e que nous déposons, le tribunal doit commencer à s'agacer, mais nous n'avons pas les moyens de la partie adverse, alors nous déposons des requêtes en référés suspension au fil de l'eau", témoigne, un peu las, Stéphane Giraud, directeur d'Alsace Nature


Une nouvelle requête en référé

Ce lundi 19 novembre, le tribunal administratif de Strasbourg examine donc cette nouvelle requête concernant cette fois l'abattage des arbres de la forêt de Vendenheim par la SANEF dans le cadre du raccordement nord du GCO à l'A4. Les arguments avancés par l'association écologiste sont toujours les mêmes : pas de respect des mesures compensatoires, insuffisance des mesures de réductions d'impact, les enjeux écologiques ne sont, pour elle, pas du tout mesurés. Le tribunal rendra sa décision sur ce référé d'ici à vendredi.
 

Une gestion ubuesque

Sur les quatre requêtes en référé déposés précédemment, Alsace Nature a obtenu gain de cause pour deux d'entre eux : le tribunal administratif a demandé la suspension de l'abattage des arbres du côté de Pfettisheim et celle de l'aménagement du viaduc de Kolbsheim. "Mais dans les deux cas, les travaux se poursuivent, la gestion de ce dossier est totalement ubuesque", regrette Stéphane Giraud.
 

Ne rien lâcher

Alsace Nature et les militants anti-GCO attendent quand même avec espoir le jugement au fond des travaux préparatoires du GCO. Le tribunal administratif doit rendre son délibéré sur cette question le 28 novembre prochain. Pas question en tout cas de lâcher.
 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus