Gilets jaunes : 200 manifestants à Strasbourg, 150 à Mulhouse

Avec la flambée des prix de l'énergie et des matières premières, le retour des gilets jaunes était attendu quatre ans après la naissance de leur mouvement. Ils ont donc appelé à manifester partout en France ce samedi 7 janvier. Environ 200 personnes ont répondu à l'appel à Strasbourg et 150 à Mulhouse.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pas franchement la foule des grands soirs mais pas un bide non plus, l'appel des gilets jaunes à manifester ce samedi 7 janvier a été en partie entendu en Alsace. Environ 200 personnes se sont rassemblées à Strasbourg et environ 150 à Mulhouse.

Les manifestants se sont rassemblés place Kléber en début d'après-midi avant de défiler dans les rues de la capitale européenne, modifiant le parcours d'ailleurs au gré des envies, mais dans le calme.

Parmi les manifestants, des gilets jaunes de la première heure, présents à la naissance du mouvement en novembre 2018. "Ce ne sont pas des retrouvailles, s'indigne celui-ci (aucune ou presque des personnes interrogées n'a souhaité donner son nom, NDLR), car depuis plus de quatre ans, on est en permanence dans le conflit, on manifeste ici et régulièrement à Paris et un peu partout à l'étranger. Aujourd'hui, le retour va être fracassant, j'espère que les gens vont se réveiller pour le bien de tout le monde !" conclut-il.

En ligne de mire des revendications, les retraites bien sûr, mais surtout les prix de l'énergie, l'inflation et la baisse du pouvoir d'achat. Dans la foule rassemblée, deux jeunes filles nouvelles arrivantes, qui ne savent pas trop pourquoi elles sont là mais qui trouvent qu'il est important de se mobiliser.

Cette grand-mère en revanche sait très bien pourquoi elle est venue. "Je suis une mobilisée de la première heure, je me bats pour mes petits enfants parce que je me demande à quoi va ressembler leur avenir ! Ça suffit ces augmentations de prix !"

Tout comme cette quinquagénaire, accompagnée de sa belle-fille. "J'étais déjà là pour le pass sanitaire et aujourd'hui, je suis là parce qu'on manque de tout, de soignants, de pouvoir d'achat." Et sa belle-fille de surenchérir : "je suis là pour le pouvoir d'achat parce que même quand on gagne bien sa vie, ça devient compliqué et ce n'est pas normal".

Ils l'assurent tous, ce n'est qu'un début. Les gilets jaunes rassemblés aujourd'hui sont persuadés que le mouvement reprend avec pour objectif de réinvestir les ronds-points comme en 2018.