Manifestation des agriculteurs du Grand Est : 1.500 tracteurs à Strasbourg pour faire pression sur l'Europe

La manifestation était annoncée, 1.500 tracteurs attendus à Strasbourg en fin de matinée ce vendredi 30 avril. Les agriculteurs du Grand Est se sont rendus devant le Parlement européen pour tenter de faire pression sur les négociations de la PAC en cours à Bruxelles.

1.500 tracteurs venus du sud et du nord de l'Alsace mais aussi de la Lorraine et de la Champagne-Ardennes sont arrivés à Strasbourg en fin de matinée ce 30 avril
1.500 tracteurs venus du sud et du nord de l'Alsace mais aussi de la Lorraine et de la Champagne-Ardennes sont arrivés à Strasbourg en fin de matinée ce 30 avril © Darek Szuster / MaxPPP

1.500 tracteurs environ sur les autoroutes de l'Est ce vendredi 30 avril, une manifestation annoncée et qui a provoqué, comme attendu des ralentissements. Sur l'A4 notamment dans le sens Paris Strasbourg, on a compté jusqu'à 12 kilomètres de bouchons. Les tracteurs viennent surtout du Bas-Rhin mais aussi de tout le Grand Est et sont arrivés à Strasbourg en fin de matinée. Leur objectif était bien sûr, le Parlement européen pour faire pression sur les discussions qui ont lieu en ce moment même entre le Parlement, la Commission européenne et le conseil européen concernant la politique agricole commune (PAC).

Dans les rues de la capitale européenne, les revendications paysannes ne passent pas inaperçues. A l'origine du mouvement, un appel de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) et des Jeunes agriculteurs (JA). Les syndicats agricoles revendiquent une PAC qui "protège les paysans et la souveraineté alimentaire". Ils redoutent notamment les éco-régimes, qui soumettent les aides à des critères environnementaux et les rotations imposées des cultures qui, selon eux, amènera une baisse des fourrages à proximité des fermes.

Julien Koegler, le président des Jeunes agriculteurs du Bas-Rhin n'a rien contre un verdissement de la PAC (moins de produits phytosanitaires, plus de haies, moins de monocultures et plus de filières bio) mais avec plus d'aide, "on a quand même un bassin alsacien sur le maïs avec plus de 15.000 emplois directs et indirects, réagit-il à notre micro, si demain on doit changer de culture et de filière, alors ok, mais la rotation doit être adaptée avec des filières structurées, il faut pour cela de l'accompagnement humain et financier pour développer ses filières".

Des centaines de tracteurs dans les rues de la capitale européenne ce vendredi 30 octobre
Des centaines de tracteurs dans les rues de la capitale européenne ce vendredi 30 octobre © Lucile Guillotin / France 3 Alsace

 

"Vive le bon sens paysan!" peut-on lire sur les pancartes des agriculteurs inquiets des tractation en cours à Bruxelles concernant la PAC
"Vive le bon sens paysan!" peut-on lire sur les pancartes des agriculteurs inquiets des tractation en cours à Bruxelles concernant la PAC © Lucile Guillotin / France 3 Alsace

 

Des tracteurs venus de tout le Grand Est rassemblés à Strasbourg
Des tracteurs venus de tout le Grand Est rassemblés à Strasbourg © Lucile Guillotin / France 3 Alsace

 

Une fois devant le Parlement européen, destination symbolique puisqu'en raison de la crise sanitaire, plus aucune session ne se tient dans l'enceinte strasbourgeoise, les agriculteurs ont monté une tribune pour expliquer leurs revendications.

Les agriculteurs ont tenu tribune devant le Parlement européen de Strasbourg
Les agriculteurs ont tenu tribune devant le Parlement européen de Strasbourg © David Meneu / France Télévisions

 

Le tracteur de cet agriculteur, comme un symbole, devant la puissance européenne
Le tracteur de cet agriculteur, comme un symbole, devant la puissance européenne © David Meneu / France Télévisions

Une pression mise par les agriculteurs et dénoncée par les eurodéputés écologistes Claude Gruffat, Marie Toussaint et Benoit Biteau, qui ont réagi ce matin : "c'est leurs représentants européens qui ont très largement contribué à écrire cette très mauvaise copie de la PAC, qui en plus de continuer de perpétuer le même modèle qui dévaste le climat, la biodiversité, notre santé et les paysans eux-mêmes, nuira beaucoup plus aux agriculteurs bio. On marche sur la tête !"

La manifestation doit durer toute la journée puis les tracteurs doivent repartir en fin de journée, ce qui devrait occasionner de nouvelles perturbations sur les routes du Grand Est. La préfecture recommande donc aux automobilistes de limiter leurs déplacements.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est agriculteurs en colère agriculture économie manifestation social