La grande conjonction entre Saturne et Jupiter visible dans le ciel alsacien, le 21 décembre

Une grande conjonction, à savoir le rapprochement sur un même plan dans le ciel des planètes Jupiter et Saturne, a lieu le lundi 21 décembre. Un phénomène astronomique rare, qui ne se produira à nouveau dans les mêmes conditions qu'en 2080. 

Jupiter (à gauche) et Saturne (à droite), photographiées de près par la Nasa, respectivement en 2019 et 2011.
Jupiter (à gauche) et Saturne (à droite), photographiées de près par la Nasa, respectivement en 2019 et 2011. © National Aeronautics and Space Administration (Nasa)

On associe le 21 décembre au solstice d'hiver, jour le plus court de l'année. Mais le lundi 21 décembre 2020, l'immensité de l'espace offrira également ce qu'on appelle une grande conjonction

Rien à voir avec la grammaire. Sébastien Derrière, de l'observatoire astronomique de Strasbourg, a donné quelques savantes explications à France 3 Alsace. "C'est quand la position apparente de Jupiter et de Saturne dans le ciel est proche. La position varie, et ce phénomène n'a lieu que tous les 20 ans, quand le rapprochement des deux planètes est minimal."
 

Ce phénomène n'a lieu que tous les 20 ans.

Sébastien Derrière, astronome à l'Observatoire de Strasbourg


C'est un peu comme une illusion, car ces deux planètes n'ont pas la même orbite, ni la même vitesse de déplacement. Plus grosse planète du Système solaire, Jupiter met à peu près 11 ans à faire le tour du Soleil, contre à peu près 30 ans pour Saturne. 

"Cette année, leur distance minimale est particulièrement faible : ce n'était pas arrivé depuis 800 ans. En 2000, leur écart était dix fois plus grand." On peut mesurer cet écart à l'oeil nu, avec l'épaisseur d'une allumette. "Il faudra qu'on attende 2080 pour avoir un nouveau phénomène à peu près pareil."
 

L'observation en question

"Si on loupe le 21 décembre, on peut aussi observer le 22 ou 23 décembre [ou le 19 ou 20] mais c'est moins spectaculaire car les planètes recommencent à s'éloigner." Mais l'observation pourrait être un brin compliquée. "Il faut regarder l'horizon vers le sud-ouest, après le coucher du soleil [à 16h50]. Il faut le faire tôt, car après deux heures, les planètes disparaissent sous l'horizon." Vous pouvez vous entraîner en ligne, avec Stellarium.

Conseil : cherchez d'abord Jupiter, qui est très brillante. Si le ciel est dégagé, bien sûr. C'est possible à l'oeil nu. Cette Grande conjonction sera visible sous la forme de deux petits points lumineux. Et si vous avez un téléscope, ce sera "spectaculaire", parole de Sébastien Derrière. "On pourra voir dans un même plan Saturne et ses anneaux, et Jupiter avec ses lunes." Un spectacle prometteur (voir la position des étoiles dans le tweet ci-dessous). 

 


Vous pourrez tenter de photographier... mais n'espérez pas un très bon résultat. "C'est déjà difficile de photographier la Lune : la mise au point est compliquée, on se retrouve avec une tâche lumineuse... Et là, ça sera cinq fois plus petit." 
 

L'étoile qui guida les rois mages

Dans la religion chrétienne, on appelle "étoile de Bethléem" l'astre qui guida les trois rois mages jusqu'à l'enfant Jésus.  Ce phénomène astronomique pourrait avoir été... une autre Grande conjonction. "On ne sait pas si ça a réellement existé, ce que ça a bien pu être... Mais on sait qu'en l'an -7, il y a déjà eu cette conjonction. Ça peut être une hypothèse."

À moins que ça n'ait été l'explosion d'une supernova, ou le passage d'une comète. "Si elle n'est jamais repassée depuis, on ne peut pas comparer et donc savoir." Voilà un mystère auquel songer la nuit pendant que vous chercherez Jupiter et Saturne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
astronomie culture sciences espace