Histoires 14-18 : Johann Knauth, le sauveur de la cathédrale de Strasbourg

© Collection Fondation de l’Oeuvre Notre Dame, Strasbourg
© Collection Fondation de l’Oeuvre Notre Dame, Strasbourg

Pendant la première guerre mondiale, l'architecte allemand Johann Knauth va sauver la Cathédrale de Strasbourg. La flèche de l'édifice religieux n'est pas menacée par les méfaits de la guerre mais bien par la pourriture de ses fondations. 

Par France 3

C’est bien cette flèche unique qui rend la cathédrale de Strasbourg si singulière. Une flèche qui a bien failli disparaître au début du 20ième siècle.

Sans l’intervention en pleine guerre de l’architecte allemand, Johann Knauth, l’édifice menaçait de s’écrouler. On peut, sans exagérer, le qualifier de sauveur de la cathédrale, et pourtant Johann Knauth a été bien mal récompensé à l’issue de la guerre.

Un édifice dégradé depuis 1903

Cela fait une bonne dizaine d’années que Knauth est inquiet. Dès 1903 son attention est attirée par l’écrasement des assises du gros pilier qui soutient la flèche de la Cathédrale - une charge quand même de 7500 tonnes.

Effectivement les fondations en bois du pilier se révèlent complètement pourries et les murs fissurés. Knauth établit alors un projet de renouvellement total de ces fondations.

Début du chantier

Les travaux débutent en 1915. Ils consistent à envelopper le gros pilier dans un corset en béton armé et le relier au sol par des vérins hydrauliques pour maintenir la charge et, pendant ce temps, remplacer les anciennes fondations par de nouvelles cette fois-ci en béton.

Des travaux colossaux qui se poursuivront bien après la fin de la guerre.
Histoires 14-18 : Johann Knauth, sauveur de la cathédrale de Strasbourg
Source archives : Collection privée Fondation de l'œuvre Notre Dame -  France 3 - A. de Chalendar

Le service francais des monuments historiques souhaitent que l’architecte allemand achève les travaux, mais pour cela il doit adopter la nationalité française… Knauth, qui a perdu ses 2 fils à la guerre, refuse… il finira par être expulsé en 1921, il décédera 3 ans plus tard le cœur brisé.
Lors de l’inauguration de la fin des travaux en 1926, le nom de Johann Knauth ne sera même pas prononcé


Dossier de la Fondation de l’Oeuvre Notre Dame : https://www.oeuvre-notre-dame.org/entretien-conservation-restauration/chantiers-en-cours-passes/chantiers-passes/la-consolidation-des-fondations-du-pilier-de-la-tour

Livre numérique (bilingue) sur Johann Knauth : https://archives.strasbourg.eu/n/johann-knauth/n:380

Toute la collection des 400 vidéos Histoires 14-18



Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus