Cet article date de plus de 5 ans

Hollande : il faudra "une relance" de la construction de l'UE quelle que soit la réponse des Britanniques

Le président François Hollande a estimé jeudi à Strasbourg qu'il faudra "engager une relance de la construction européenne", quelle que soit l'issue du référendum britannique sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE. (AFP)
François Hollande salue le nouveau député strasbourgeois Eric Elkouby lors de son arrivée au congrès de la Ligue de l'Enseignement
François Hollande salue le nouveau député strasbourgeois Eric Elkouby lors de son arrivée au congrès de la Ligue de l'Enseignement © Maxppp
"Quelle que soit la réponse du peuple britannique (...), il va falloir engager une relance de la construction européenne mais pas une relance de plus, pas un plan de plus", a déclaré le président français qui se rendra la semaine prochaine à Berlin pour y rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel. Des millions de Britanniques votaient jeudi sur leur appartenance à l'Union européenne lors d'un référendum historique qui doit décider de l'avenir de l'Europe. C'est "une grande journée pour l'Europe parce que l'Europe, nécessairement, va changer quel que soit le vote britannique", a souligné M. Hollande. "Bien sûr que je souhaite que, demain (vendredi) matin, nous apprenions qu'ils sont restés dans l'Union européenne, parce que c'est leur place, parce que le Royaume-Uni est un pays européen par la géographie, par l'histoire, par les valeurs que ce pays porte, par les liens que nous avons avec lui", a souligné le chef de l'État français.

Le président français a plaidé pour une Europe en mesure d'"assurer d'abord sa protection, sa sécurité, sa défense" et la surveillance de ses frontières "pour ne pas avoir à revivre ce que nous avons connu par rapport à la question des réfugiés". Il a également souhaité une Europe "capable de définir son avenir industriel technologique, universitaire, scientifique" et de se doter d'"institutions plus simples, plus rapides" et de "coopérations renforcées" entre ses Etats membres désireux d'avancer plus vite.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique éducation société