Cet article date de plus de 3 ans

Israël Nisand : "Il faut enseigner la vie sexuelle dès 4 ans à l'école, comme la loi le prévoit"

Le gynécologue Israël Nisand est inquiet et lance un cri d'alarme : les enfants sont confrontés de plus en plus tôt à des images pornographiques violentes sur internet. Le professeur réclame un alourdissement des sanctions contre les fournisseurs d'accès.

Depuis 25 ans, chaque semaine, il parcourt les établissements scolaires à la rencontre d'enfants, d'adolescents. Il parle avec eux de sexe, il répond aux questions. Israël Nisand est gynécologue-obstétricien à Strasbourg et il n'a pas l'habitude de garder sa langue dans sa poche. L'an dernier, aux côtés de 130 autres médecins, il signait une tribune dans le quotidien Le Monde où il reconnaissait avoir aidé des couples homosexuels à avoir des enfants en infraction avec la loi.

Quand on demande aux jeunes pourquoi vous regardez autant de porno, ils nous répondent : "Pour voir ce que les meufs elles aiment" [...] C'est une catastrophe !


Aujourd'hui, le professeur Nisand l'ouvre à nouveau. Il y a quelques jours, plus de 2 millions de personnes ont écouté son entretien sur France Inter au micro de Léa Salamé. La gravité de ses propos nous a donné envie de poursuivre la discussion avec lui. Israël Nisand nous a accordé une entretien ce mercredi au CHU de Hautepierre. Si vous avez des enfants, si vos enfants ont des copains, ou si vous avez internet à la maison, merci de vous asseoir pour lire la suite.

"Les responsables [des établissements scolaires, ndlr] le savent : il se passe des choses dans les collèges en terme de sexe et de sexualité collective" Israël Nisand marque une pause. "Il y a des fellations dans les toilettes !" Le regard du professeur de gynécologie vous transperce. "Mais où ont-ils appris ça de nos jours ?" Israël Nisand pose la question mais il connaît bien la réponse. Il s'adresse aux parents, ironique et glaçant :


Nous ne faisons pas d'éducation à la sexualité dans les écoles, rassurez-vous, la pornographie le fait à notre place !

durée de la vidéo: 00 min 51
Israël Nisand, professeur de gynécologie et d'obstétrique


Un enfant peut regarder trois heures de porno par jour sur internet sans payer un centime !


Principale cible du médecin : les fournisseurs d'accès à internet. "Avant il fallait aller chercher ces images. Maintenant, elles vous sautent dessus" poursuit le médecin. Mais c'est le citoyen Nisand qui enchaîne : "je demande que la loi de la France sur la protection des mineurs soit respectée même si on peut gagner des milliards et même si ça gêne le business".

durée de la vidéo: 00 min 33
Israël Nisand, professeur de gynécologie et d'obstétrique

Le professeur Nisand prône simplement l'application d'une loi qui existe : celle de l'enseignement de la vie sexuelle à l'école. "Pourquoi notre pays n'applique pas sa loi qui prévoit trois ou quatre heures d'enseignement de la vie sexuelle et affective depuis l'âge de 4 ans ? Ca ne se fait nulle part ! s'emporte Israël Nisand. C'est juste une loi qui est faite pour décorer les étagères du ministre de l'Education nationale."

durée de la vidéo: 00 min 31
Israël Nisand, professeur de gynécologie et d'obstétrique
Propos recueillis par Françoise Bedin et Arnaud Rapp

Outre la confrontation précoce des enfants à des images pornographiques violentes sur internet, Israël Nisand dénonce aussi la campagne de désinformation contre la vaccination mais également les attaques faites aux modes de contraception des femmes. Ses propos détaillés sur ces deux sujets seront à lire vendredi 13 octobre sur France 3 Grand Est.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est politique éducation société internet sorties et loisirs sexualité