Local et fait maison, la cuisinière strasbourgeoise Johanna Kaufmann nous propose de « Déjeuner chez Jojo »

Joyeuse, libre et amusante : c’est ainsi que la Strasbourgeoise Johanna Kaufmann conçoit la cuisine. Et c’est comme ça qu’elle a écrit « Déjeuner chez Jojo »: son dernier livre regroupe 85 des créations et astuces de cette cuisinière autodidacte. A déguster sans attendre.
Des idées de recettes, Johanna en a plein ses marmites.
Des idées de recettes, Johanna en a plein ses marmites. © C. Peyrot - France Télévisions
C’est un petit livre tout joli, format roman (12 centimètres sur 19). Dans la grande marmite en fonte orange de la couverture mijote une soupe potimarron, lentilles, sumac, qui donne le ton de son contenu : Déjeuner chez Jojo, ce sont 85 recettes d’une cuisine joyeuse et généreuse, simple mais pétillante. A l’image de Johanna Kaufmann, cuisinière autodidacte (et fière de l’être) qu’on a connue blogueuse culinaire dans les années 2000 avec Jenesuispasunecourge.com, designer culinaire, animatrice d’une émission de cuisine (et on en passe…), et qui signe là un nouveau livre 100% fait maison et 100% local. On y retrouve sa cuisine accessible et généreuse et son écriture légère et poétique, avec sa « sensibilité d'auteure méditerranéo-alsacienne et de cantinière tantôt sédentaire, tantôt nomade ».

Un livre fait maison

Le projet est né pendant le confinement. En mars, Johanna venait de lancer son concept de « Déjeuners à la maison » : des repas qu’elle proposait chez elle, à ses amis et aux amis de ses amis. Une idée qu’elle n’a pu mettre en pratique que deux fois. Alors elle a décidé de se lancer dans le projet d’un livre où elle maîtriserait toutes les étapes. Ecriture, photo, mise en page, Johanna a tout fait elle-même. Terminées les galères de l’édition qu’elle avait connues par le passé : « L’édition culinaire, aujourd’hui, c’est complètement inaccessible », témoigne la Strasbourgeoise qui a déjà signé plusieurs opus. « Ce qui fonctionne, c’est quand j’arrive à écrire de manière instinctive et joyeuse. Quand l’argent est au milieu de tout ça, ça ne marche plus ».
Un format poche très pratique pour feuilleter Déjeuner chez Jojo n'importe où.
Un format poche très pratique pour feuilleter Déjeuner chez Jojo n'importe où. © C. Peyrot - France Télévisions
Et voilà donc 85 joyeuses recettes. Bibeleskäs au gingembre, à l’ail et au citron vert (recette à retrouver en bas de cet article). Crumble de légumes aux herbes et au parmesan. Gnocchis balls à l’ail et aux olives vertes. Elle les a créées et testées dans des endroits invraisemblables : dans des restaurants bien sûr, mais aussi des foires, des jardins, des rames de métro, des couloirs de fac et beaucoup sur des tournages de film. Car Johanna a fait pas mal de « cuisine de cinéma » ces dernières années. Une activité qui consiste à assurer les repas pour les équipes pendant les tournages d’un film ou d’une série. « On suivait les changements de décors. Quand on arrivait avec les camions, la première préoccupation était de trouver eau et électricité sur les lieux. Parfois, on avait prévu des recettes chaudes, tu arrives, et là pas d’électricité ! Et il faut quand même sortir des repas pour 50, 100 ou 200 personnes. Après ça, tu paniques moins quand chez toi il te manque un œuf pour une recette », s’amuse Johanna.

Made in Alsace

Et parce qu’elle sait (bien) faire beaucoup de choses, cette jeune quadra autodidacte a également réalisé les photos du livre. « Avec mon téléphone, qui n’est pas du tout un téléphone dernier cri complètement fou». Et la mise en page. Mitonné à Strasbourg, « Déjeuner chez Jojo » est 100% local puisqu’il est édité à Mulhouse chez Médiapop éditions et imprimé à Wasselonne (imprimerie Ott).

Il y a quelques semaines, Johanna a séduit les chroniqueurs de l’émission radiophonique de France Inter « On va déguster ». François Régis-Gaudry a loué cette cuisine du quotidien : « dans un milieu gastronomique où les snobismes prennent beaucoup de place, parfois on est nous-même un peu coupable de ça, il faut bien le reconnaître… Vous, vous êtes dans la vraie vie, en ne traquant pas forcément le dernier produit à la mode, en faisant une popote du quotidien qui tient aussi compte de certaines restrictions budgétaires ».https://www.franceinter.fr/emissions/on-va-deguster/on-va-deguster-15-novembre-2020Un passage dominical qui n’est pas passé inaperçu pour les nombreux amateurs de cuisine auditeurs de l’émission. Depuis, les commandes ont explosé, et Johanna assure les expéditions, depuis son salon : « J’en ai envoyées partout en France, en Europe, et même aux Etats-Unis » s’enthousiasme la jeune femme dans un grand éclat de rire. « J’aime bien, ça me permet de garder un contact direct avec les lecteurs, un moment intimiste pour les gens ».
Dédicaces, affranchissement, expéditions... Johanna assure jusqu'au bout.
Dédicaces, affranchissement, expéditions... Johanna assure jusqu'au bout. © C. Peyrot - France Télévisions
Si vous cherchiez une idée de cadeau gourmande et locale qui conviendrait aussi bien à votre meilleur ami, votre belle-mère, votre grand-tante ou votre professeur de yoga, elle est toute trouvée. A commander en ligne ou chez votre libraire préféré. Et n'hésitez pas à envoyer vos retours à Johanna, qui « ne cuisine ni pour l'ennui ni pour la gloire », et ne se « prive pas de rougeoyer de la pommette quand on [lui] complimente la recette ».
Le bibeleskäs au gingembre, à l’ail et au citron vert de Johanna
Mélanger 500 g. de fromage blanc (éventuellement additionné d’une cs de crème épaisse) avec 2 cs de jus de citron vert, le zeste d’un demi-citron vert, 1/2 cc de gingembre, un petit tronçon (5 mm) de gingembre frais pelé puis râpé très finement, 2 gousses d’ail pelées puis râpées très finement, du sel et du poivre.
Ce fromage assaisonné se sert, soit comme un condiment, à la place de la moutarde pour accompagner une viande, soit (comme dans la recette traditionnelle du bibeleskäs alsacien) en accompagnement de pommes de terre poêlées ou cuites à l’eau.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture gastronomie