Mort de Roland Weller : "Il a beaucoup compté pour moi", salue Marc Keller

Publié le
Écrit par Flavien Gagnepain .

L'ancien président du Racing Club de Strasbourg entre 1994 et 1997 Roland Weller est décédé au matin du lundi 23 janvier 2023. Marc Keller, qui portait les couleurs du club à l'époque et qui le préside aujourd'hui, rend hommage à un homme à qui il s'est identifié.

La nouvelle est tombée à la mi-journée de ce lundi 23 janvier. Président emblématique du Racing Club de Strasbourg et du Sporting Schiltigheim, Roland Weller est mort à l'âge de 84 ans. L'actuel président du club strasbourgeois Marc Keller a tenu à lui rendre hommage.

Ce dernier jouait dans l'équipe première lorsque Roland Weller était à la tête du Racing. Les deux hommes sont liés par une finale de Coupe de France perdue en 1995 face au Paris Saint-Germain, mais aussi et surtout par le poste de dirigeant.

Quelle est votre première réaction après la disparition de Roland Weller 

Marc Keller : "Je suis très triste. Je l'ai bien connu entre 1994 et 1996 et je trouve que ça a été un grand président. J'étais très proche de lui, c'était un beau chef d'entreprise qui d'ailleurs s'occupait de l'Alsacienne de restauration et nous faisait manger tous les jours au Krimmeri à l'époque. J'étais très proche de son épouse Isabelle. Elle était très proche aussi de tous les jeunes du centre de formation.

Il a amené beaucoup d'humanité et de chaleur.

Marc Keller

Président du Racing Club de Strasbourg

On est toujours resté en contact depuis maintenant 25 ou 30 ans, c'est un grand amoureux du Racing. C'est quelqu'un qui a eu de très bons résultats ici [...] et je trouve qu'il a amené beaucoup d'humanité et de chaleur. Il aimait les gens et il a été très apprécié. J'ai aussi une très grande pensée pour Isabelle et toute sa famille."

Quel souvenir retiendrez-vous de lui 

"On parle souvent du monde amateur et du monde professionnel. Mais pour moi, c'est un seul football. Le président Weller, c'était un seul football. Il aimait les joueurs amateurs, il aimait les pros. Il les considérait comme ses enfants. Il avait beaucoup de cœur, d'humanité et nous considérait comme ses fils. C'est pour ça qu'on avait une relation vraiment très proche : il venait dans le vestiaire, il encourageait... Il était passionné par le foot ! Alors aujourd'hui, on est triste."

Vous dites que les joueurs, dont vous faisiez partie, étaient comme ses fils. Maintenant, vous êtes comme lui à la tête du Racing. Est-ce qu'il y a un passage de flambeau entre lui et vous 

"Quand vous êtes joueur, on s'identifie un petit peu aux gens qui nous dirigent. C'est quelqu'un qui a compté pour moi. Je trouve que ça a été un très bon président. J'ai eu beaucoup d'affection aussi pour Jean Wendling qui était président et lui aussi un ancien joueur. Donc je trouve que des personnalités comme ça forgent aussi un parcours ou des hommes.

Roland Weller a beaucoup compté pour moi. Il venait encore très régulièrement aux matchs. Bien sûr, on avait vu que sa santé déclinait, mais il aimait toujours et encore le Racing. Même dans les dernières semaines, quand il pouvait encore se déplacer, même diminué, venir à la Meinau, c'était quelque chose pour lui. Je sais qu'il avait son cœur vert pour le Sporting Schiltigheim (qu'il a dirigé avant et après Strasbourg, NDLR), mais bleu aussi pour le Racing.

Qu'est-ce que vous inspire chez Roland Weller et que vous voulez garder de lui 

"Il aimait les gens. Il aimait le foot amateur, il aimait le foot pro. C'est quelqu'un qui se donnait. Voilà, il était lui-même. Il est resté lui-même quand il était président du Sporting, mais aussi président du Racing, et j'en garde un souvenir très ému et très fort."

Il était content de sentir l'atmosphère de la Meinau.

Marc Keller

Président du Racing Club de Strasbourg

Un hommage sera rendu à la Meinau 

"Bien sûr, on fera tout ce qu'il faut pour l'honorer. Il était là, je crois encore il y a trois mois, en octobre. Il marchait encore difficilement à la fin mais il était avec Isabelle, se mettait dans un coin et il était content de sentir l'atmosphère de la Meinau.

C'est quelque chose qui l'a vraiment marqué, j'en parlais régulièrement avec lui. Il a été aimé par les supporters et l'amour des supporters l'a beaucoup touché. Je sais que quand il est parti, ça a été un déchirement parce qu'il était aimé et il adorait ça."

Ce dimanche 29 janvier, le Racing Club de Strasbourg accueille Toulouse pour le compte de la 20e journée de Ligue 1. Une victoire face aux Toulousains permettrait au club de rendre à Roland Weller le plus beau des hommages.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité