Nouvelle manifestation des taxis : la circulation perturbée lundi matin dans le Bas-Rhin

Le syndicat des artisans du taxi du Bas-Rhin (SDAT 67) appelle à une manifestation des chauffeurs le lundi 19 février. Le cortège doit partir de l’aéroport d’Entzheim pour rallier le siège de la CPAM, dans Strasbourg. Ils dénoncent les nouvelles modalités du transport sanitaire et la concurrence déloyale des VTC.

Après des opérations escargot en novembre et en janvier, les taxis du Bas-Rhin repartent à l’assaut de Strasbourg lundi 19 février. Rendez-vous est donné à 7h à l’aéroport d’Entzheim, à une vingtaine de de kilomètres à l’ouest de Strasbourg. "Parce qu’il y a un grand parking où on peut tous se retrouver", explique Miloud El Atyaoui, président et directeur général du syndicat des artisans du taxi du Bas-Rhin (SDAT 67), qui mise sur la participation de 200 véhicules venus de toute l’Alsace et de Lorraine voisine.

Le cortège aura pour destination finale le siège de la CPAM, la caisse primaire d’assurance maladie, rue de Lausanne, à Strasbourg. Car ce sont les nouvelles modalités tarifaires convenues entre les taxis et l’assurance maladie pour le transport sanitaire de patients assis qui suscitent la colère.

"Quand on fait du transport de malades, on accorde une ristourne à l’Assurance maladie. Jusqu’ici, cette remise était limitée. Avec un plafond maximum de remise sur le tarif de la course fixé à 15,5% dans le Bas-Rhin", explique Stephan Heiligenstein, vice-président du SDAT 67.

Seulement voilà : une nouvelle convention est en train d’être négociée entre l’Assurance maladie et les taxis. Si la notion d’abattement figure toujours dans le nouveau texte, les professionnels s’inquiètent de ne plus y lire aucune mention de plafond. Or le texte devrait s’appliquer à partir de 2025.

"Cela nous inquiète fortement, car on craint que sans cette mention de plafond, la CPAM impose ses tarifs. Or c’est notre plus gros client. On se retrouve un peu dans la situation des agriculteurs face à la grande distribution qui impose ses prix", décrypte Stephan Heiligenstein.

La CPAM est notre plus gros client. On se retrouve dans la même situation que les agriculteurs face à la grande distribution qui fixe ses prix

Stephan Heiligenstein, vice-président du syndicat départemental des artisans du taxi (SDAT 67)

Le syndicat bas-rhinois, qui revendique 150 adhérents dans le département, rappelle que les taxis n’échappent pas à l’inflation. Pour 2024, ils ont vu leur tarif forfaitaire – qu’ils fixent avec la préfecture – légèrement évoluer, passant de 1,87 euro du kilomètre à 1,94 euro. "Sept centimes du kilomètre, ça fait 4% d’augmentation, face à 5% d’inflation, calcule Miloud El Atyaoui. "Impossible avec cela de compenser la hausse des prix des carburants, des charges, des frais fixes. Surtout si la CPAM rembourse moins le transport de malades", poursuit-il.

Les VTC toujours dans le collimateur

Autre mot d’ordre de la mobilisation : exiger l’application des lois Thévenoud et Grandguillaume, respectivement adoptées en 2014 et en 2016, censées mieux réguler l’activité des VTC (voitures de transports avec chauffeurs). "La loi n’est pas appliquée. Les VTC ne respectent toujours pas les règles, dénonce Miloud El Atyaoui. Les chauffeurs devraient retourner au garage entre deux réservations. Or, on les voit bien marauder en ville en attendant une commande sur leur application".

Les taxis parlent de concurrence déloyale qui entraîne pour eux une forte baisse de clientèle. "On se retrouve à faire de plus en plus de transport sanitaire. Cela représente désormais 60% de mon activité", constate le responsable départemental des artisans de taxi, qui redoute d'autant donc plus le changement de règles d'abattement avec la CPAM.

En voie d’apaisement sur les BHNS

Avant les nouvelles modalités de convention entre la sécurité sociale et les taxis, c’est un autre sujet qui les avait conduits à mener des opérations escargot dans et autour de Strasbourg. Ils dénonçaient alors (voir notre article) l’interdiction par la Ville d’utiliser les voies de bus à haut niveau de service (BHNS). Sur ce point, les représentants du SDAT 67 disent avoir obtenu des avancées de la part de la municipalité, avec des discussions toujours en cours.

En prévision de la manifestation du lundi 19 février, la préfecture met en garde sur les perturbations à prévoir sur l'autoroute A35, le quartier gare, le sud de la Grande-île et la Krutenau. Elle invite les automobilistes à éviter les secteurs concernés. Voici le parcours :

  • 7h15 : départ de l'aéroport - D221 puis D400 direction Strasbourg - entrée sur l'A35
  • Sortie 2, place des Halles - rue Georges Wodli - bd du pdt Wilson - place de la gare
  • Bd de Metz - Bd de Nancy - Bd de Lyon
  • Quai Louis Pasteur -  quai Menachen taffel - quai Fustel de Coulanges - quai du Gal Koenig
  • Arrivée devant le siège de la CPAM, rue de Lausanne.

La fin de la manifestation est prévue à midi.