Racing club de Strasbourg Alsace: "Si on gagne contre le PSG, j'espère ne pas effrayer mes vaches en criant"

Le Racing club de Strasbourg Alsace accueille le Paris Saint-Germain ce samedi 10 avril. Un match de gala face à l'ogre du championnat et son parterre de stars que les supporters alsaciens vivront intensément à la télé ou à la radio mais loin, covid oblige, de l'ambiance survoltée de la Meinau.

Les tribunes de la Meinau resteront vides à l'heure d'affronter le PSG ce samedi à 17h.
Les tribunes de la Meinau resteront vides à l'heure d'affronter le PSG ce samedi à 17h. © Jean-Marc Loos/ Maxppp.

Pour tout supporter qui se respecte, c'est l'un des matches, si ce n'est LE match, à ne pas manquer. Recevoir le PSG, c'est s'apprêter à monter sur un ring contre un adversaire que l'on sait plus fort que soi. C'est revêtir son habit de David en rêvant de terrasser Goliath. Autant de rôles que le Racing club de Strasbourg Alsace, actuel 13e de Ligue 1, affectionne plus que tout.

Faire tomber les grands, ou en tout cas les faire douter, c'est l'une des spécialités des Alsaciens. Une spécificité liée en partie à l'énergie déployée dans les tribunes de la Meinau. Ce samedi 10 avril à 17h, pour la réception du champion de France en titre et actuel dauphin de Lille, l'antre de quelque 26.000 places sonnera creux. C'est en ordre dispersé que les aficionados du Racing suivront en direct les hommes de Thierry Laurey.

Habituellement, on arrive à faire déjouer les gros du championnat

Philippe Wolf, président de l'association des supporters

"A 17h, ce sera l'heure de la traite pour mes vaches, lance Jean-Baptiste Gass, supporter du club et agriculteur à Saales, au fond de la vallée de la Bruche. Le match, je le suivrai avec mes écouteurs et à la radio. Si on gagne, j'espère ne pas crier trop fort pour éviter d'effrayer les bêtes pendant la traite."

Un PSG qui réussit bien au Racing

De la salle de traite aux travées de la Meinau, pas vraiment la même ambiance. Philippe Wolf, président de l'association des supporters du RCSA, regrette lui aussi de ne pas pouvoir partager ce moment, avec ses amis, dans le chaudron bleu et blanc. "Je serai chez moi, sur mon canapé, seul, comme pour tous les matches depuis cet automne, confie-t-il. C'est dommage, parce qu'on sait que l'équipe arrive habituellement plutôt bien à faire déjouer les gros du championnats. En cela, l'absence de public se fera forcément ressentir."

A 17h ce samedi 10 avril, ce sera l'heure de la traite. Mais Jean-Baptiste Gass suivra le match à la radio.
A 17h ce samedi 10 avril, ce sera l'heure de la traite. Mais Jean-Baptiste Gass suivra le match à la radio. © Jean-Baptiste Gass.

D'autant que depuis leur retour en Ligue 1 en 2017, les Strasbourgeois s'en sont plutôt bien sortis en accueillant le PSG de Neymar et de Mbappé. Lors de l'exercice 2017/2018, les Alsaciens avaient fait tomber 2-1 un PSG jusque-là invaincu. La saison suivante, les deux équipes s'étaient quittées sur un match nul. 

"L'an passé, on n'avait pas joué le retour à cause du covid, se souvient Jean-Baptiste Gass. Mais ça reste un rendez-vous à part, c'est sûr parce que c'est un club de top niveau. C'est dur de ne pas pouvoir aller au stade, on finit parfois par se lasser. Un bon résultat permet aussi de redonner de l'engouement."

Les coussins risquent de souffrir

Et pour continuer à vivre sa passion, à chacun sa méthode. Philippe Wolf n'exclut pas de son côté de faire "souffrir ses coussins" de son canapé si le scénario s'y prête. "J'intériorise pas mal. Mais si on marque avant eux ou qu'on les accroche, ma femme et mon fils l'entendront sûrement, plaisante-t-il. Il ne faut pas oublier qu'on n'a pas encore assuré à 100% le maintien. Prendre des points, c'est surtout ça qui retient notre attention. Le faire contre Paris, ça ajouterait une touche de prestige."

Ils seront sans doute des centaines, voire des milliers à espérer, soupirer parfois hurler devant leur télé ou en écoutant leur radio, ce samedi à 17h. Peut-être en ferez-vous partie, vous aussi. Car même sans Neymar, suspendu, ou Mbappé, sans doute laissé au repos, battre le PSG dans une Meinau vidée de ses supporters aurait de sacrées allures d'exploit.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport racing club de strasbourg alsace football