Strasbourg : une boutique unisexe pour "libérer les enfants" des stéréotypes de genre

A 26 ans, Joy Fleutot s'est lancée dans une vaste entreprise : déconstruire les stéréotypes de genre. Et pour cela : il faut prendre le mâle à la racine, dès tout petit. Elle ouvrira en décembre une boutique pour enfants où vêtements, livres et jouets seront parfaitement unisexes. Il était temps.

Joy Fleutot va ouvrir une boutique unisexe pour les enfants
Joy Fleutot va ouvrir une boutique unisexe pour les enfants © Document remis
A 26 ans, Joy voit la vie en rose (cliché). C'est qu'il en faut de la tenacité, quand on est une femme, pour devenir entrepreneuse (sexisme). Elle ouvrira en décembre une boutique. Une boutique pour enfants, quoi de plus naturel pour cette jeune femme douce mais volontaire (cliché). Une boutique où les mamans pourront aussi venir papoter autour d'un thé (cliché) avant de rentrer faire le dîner (stéréotype).

Bon j'arrête, vous avez compris le truc. Des stéréotypes de genre, il y en a partout et un paquet dans ma première phrase. Les femmes sont maternelles, coquettes, alanguies et aiment le rose. Les garçons travaillent dur, sont bagarreurs et aiment les camions de pompiers, bleus de préférence. C'est justement pour lutter et déconstruire ces clichés qui nous pèsent sur la tête comme un couvercle que Joy va ouvrir sa boutique en décembre. Une boutique unisexe pour libérer les enfants de ces idées toutes faites et mal faites. Et pourquoi pas faire moins de mâles Alpha et moins de gros bêtas.
 

via GIPHY

 

"Le marketing genré, c'est horrible"


Après avoir travaillé comme vendeuse pour une grande enseigne, Joy en veut plus. Plus de responsabilités. Plus d'éthique. A 24 ans, elle reprend donc ses études : licence en marketing et master de management. " C'est là que j'ai découvert le marketing genré. C'était horrible, abusé. Très grossier. En gros, c'est vendre la même chose mais différemment aux filles et aux garçons. Pour vendre plus. Prenons un exemple. Vous avez deux enfants, une fille et un garçon. Vous achetez un vélo rose pour votre fille. Hé bien, plus tard, quand il aura l'âge de pédaler,  votre fils n'en voudra pas parce qu'il est rose et vous devrez racheter le même mais en bleu pour lui. C'est vraiment exaspérant."

Et il ne faut pas croire que le marketing genré touche uniquement les enfants. Nous sommes tous des grands et gros bêtas. " Les gels douche : noirs, bleus pour les mecs. Roses, violets pour les femmes. Dans deux rayons bien distincts. Du coup à la maison vous avez deux gels douche alors qu'un suffit amplement. C'est ça : faire vendre deux fois plus sous prétexte que les hommes et les femmes sont différents et ont des goûts différents."
 

Les entreprises sont responsables de la société qu'elles créent
-Joy Fleutot, entrepreneuse-


Cette arnaque au genre lui fait alors prendre conscience d'une chose : "Je crois que les entreprises sont responsables de la société qu'elles créent via les médias, la pub ou les produits qu'elles commercialisent. Quand on dénonce le sexisme, les inégalités hommes/femmes et les violences sur les femmes, on ne peut pas continuer à véhiculer ce genre de choses. On ne peut pas continuer à éduquer les garçons et les filles comme ça. C'est plus possible."  
 


Libérer les enfants


Et pour déconstruire ce monde aussi bicolore que primaire, il faut prendre, nous l'avons dit le mal à la racine. Dès l'enfance. " Moi, ce que je veux, via cette boutique unisexe, c'est libérer l'enfant. Qu'il puisse aimer ce qu'il veut, loin des clichés. Que leurs choix soient libérés des clichés qu'on leur inculque partout et parfois malgré nous. Car ces stéréotypes façonneront durablement leur façon de penser et leur intelligence." 
 

Moi, ce que je veux, via cette boutique unisexe, c'est libérer l'enfant
- Joy Fleutot-


Les clichés ont la dent dure. C'est certain. Et il est beaucoup plus simple, quoique pas si évident, d'élever un enfant sans stéréotype que de déconstruire les clichés d'un adulte. " J'ai commencé par moi-même. Je m'estime pourtant assez épargnée par cela. Mais à une époque, je me disais qu'une femme pas maquillée, était une femme négligée. Quelle idiote. J'au du faire un vrai travail sur moi-même, c'est pas évident. Les enfants eux, même s'ils sont touchés par ces stéréotypes de genre, changent d'avis plus vite en y réfléchissant 3 secondes. Ils sont plutôt très ouverts." 

Pour plus d'explications sur la socialisation sexiste, je vous invite à prendre 5mn et 26 s la direction du Québec.


Des jouets, des livres et .. des mots


Dans sa boutique qui ouvrira en décembre, rue du jeu des enfants à Strasbourg, tous les articles seront unisexes. Des vêtements, des livres et des jouets. "Au départ, je voulais créer ma propre ligne de vêtements unisexes mais je me suis aperçue que ça existait déjà ! Le truc c'est que ces marques comme Colchik, Tootsa ou Tiny Cottons ne sont que très peu visibles. Ecrasées par les grosses marques qui sont hyper implantées partout. Là au moins elles seront bien visibles". Idem pour les jouets et les livres.
 
Joy insiste aussi sur le fait qu'un petit coin café n'est pas du luxe. Mais une nécessité. " Proposer des produits unisexes sans expliquer la démarche ne sert à rien. Il me paraissait indispensable de créer un espace d'échanges et de discussions pour comprendre et défaire le marketing genré et ses conséquences. Il y a aussi de la pédagogie à faire avec les parents et les enfants. On éduque des enfants pas des garçons ou des filles." 

On éduque des enfants pas des garçons ou des filles
- Joy Fleutot-

Il ne s'agit pas pour Joy de tout révolutionner d'un coup d'un seul. Mais de semer de petites graines et de voir s'épanouir de belles plantes, ni choux, ni fleurs. " Cela ne voudra pas dire que les enfants, une fois sortis de la boutique, n'auront plus de stéréotypes mais au moins on aura ouvert la discussion, on leur aura donné des clés de compréhension contre le sexisme, on les aura aidés à réfléchir."

Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'égalité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite sorties et loisirs femmes société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter