• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Strasbourg : cent personnes dans la rue pour dire non aux violences conjugales après le meurtre de Sandra Baumann

L'an dernier, 120 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. / © France 3 Alsace
L'an dernier, 120 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. / © France 3 Alsace

Une centaine de personnes a défilé dans les rues de Strasbourg ce vendredi, à l’appel de l’association Osez le féminisme 67. Une marche contre les violences conjugales et les féminicides, huit jours après la mort de Sandra Baumann, 25 ans, retrouvée sans vie dans son appartement.

Par Noémie Gaschy

Des proches de Sandra Baumann, des anonymes, des membres de l'association Osez le féminisme 67, réunis pour dire stop aux violences conjugales et aux féminicides. Une marche a été organisée en fin d'après-midi ce vendredi 26 avril, au départ de l'hôtel de police.

Jeudi 18 avril dernier, la jeune femme de 25 ans avait été retrouvée sans vie, gisant ensanglantée dans la baignoire de son appartement, à Strasbourg. Son compagnon est soupçonné de l'avoir tuée, il a été placé en détention provisoire.

"Cela a été un déclic pour nous...ce sentiment insupportable que cela arrive tous les deux jours depuis le 1er janvier 2019, dans l'indifférence générale. On a voulu marquer le coup puisque c'est arrivé dans notre ville et on ne voulait pas laisser passer cela dans le silence. C'est une marche pour elle, pour toutes les autres victimes et pour nos revendications politiques, pour qu'enfin des actions soient faites au niveau du gouvernement, au niveau de la justice, de la police, de l'accompagnement des victimes, pour que ce chiffre baisse", explique Ursula Le Menn, d'Osez le féminisme 67.
 

Le 45e féminicide en 2019

L'association rappelle que le meurtre de Sandra Baumann est le 45e féminicide depuis le début de l'année en France. Sur sa page Facebook, elle précise : "Au moins 120 femmes ont été tuées l’an dernier, en France, par leur conjoint ou ex-conjoint. Depuis le 1er Janvier 2019, une femme est tuée tous les deux jours dans notre pays et ce dans l'indifférence générale. Chaque année au moins 223.000 femmes sont victimes de violence de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, seuls 16.306 hommes ont été condamnés en 2015 pour des délits au sein du couple".

Osez le féminisme demande la mise en place immédiate de mesures de protection efficaces pour les femmes victimes de violence ou de menaces et exige des sanctions systématiques à l'encontre des auteurs de violences sur les femmes.

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus