Strasbourg : elle plaque tout pour faire son fromage dans 3 mètres carrés

Camille Dorsemans dans sa laiterie au restaurant Pour de bon. / © Léna Romanowicz / France Télévisions
Camille Dorsemans dans sa laiterie au restaurant Pour de bon. / © Léna Romanowicz / France Télévisions

La plus petite laiterie-fromagerie d'Europe se trouve au 19 quai des Pêcheurs à Strasbourg. Depuis juillet, Camille Dorsemans, 28  ans, fabrique ses fromages au coeur du restaurant Pour de bon. Au lait de vache ou au lait de chèvre, ils vont tous vous faire fondre.

Par Léna Romanowicz

Nichée au coeur du centre-ville de Strasbourg, "la plus petite laiterie-fromagerie d'Europe" selon sa gérante, n'a rien à envier à ses voisins du quai des Pêcheurs. C'est par amour du goût et du partage que Camille Dorsemans s'est lancée en juillet 2019. Le restaurant Pour de bon est à la fois une laiterie, une cantine le midi et un bar à vin et à fromages le soir. 
  

De l'Australie aux fermes alsaciennes 

Et pourtant, rien ne destinait Camille Dorsemans, 28 ans, à la fabrication de fromages. Après un master de design et deux ans passés dans la publicité, elle a décidé de tout plaquer. L'inspiration lui est venue des soirées parisiennes passées entre copains : "Quand j'étais à Paris, on faisait souvent des afterworks et le fromage permettait de créer un moment de partage et de convivialité. J'aimais bien l'idée de picorer ensemble sur les plateaux de fromages".

Entre sa passion pour le fromage et son envie de partir loin pour se ressourcer, la jeune restauratrice a choisi l'Australie pour faire ses armes. "J'ai travaillé dans des fermes sur la côté ouest de l'Australie. J'ai pu faire du fromage au milieu de nulle part. Puisque je suis française, les Australiens partaient du principe que je connaissais déjà tout du fromage", sourit-elle. De fermes en fermes, Camille Dorsemans "a pu toucher à tous les domaines. J'ai trait des vaches, je me suis occupée des animaux et j'ai fait de la vente."
 

Fabrication de fromages au cœur de Strasbourg dans le restaurant Pour de bon. / © Léna Romanowicz / France Télévisions
Fabrication de fromages au cœur de Strasbourg dans le restaurant Pour de bon. / © Léna Romanowicz / France Télévisions

 

J'ai mangé du kiri jusqu'à mes 19 ans et puis j'ai goûté aux fromages du Massif central.
- Camille Dorsemans, restauratrice et fromagère

 

"Le début d'une grande histoire d'amour avec le fromage"

Un an plus tard, la fromagère est en France pour enfin faire ce qui lui plaît. "J'ai envoyé trois CV à des maîtres fromagers pour continuer ma formation. J'ai choisi de travailler avec Laurent Dubois à Paris. J'y ai appris à affiner les fromages tout en étant assistante-responsable dans le restaurant". De retour sur ses terres alsaciennes, Camille Dorsemans a travaillé pour l'Epicier grand cru à Strasbourg puis a expérimenté le wwoofing, qui consiste à donner de son temps en travaillant sur une exploitation en étant logé et nourri. 
 

Seule aux manettes de son restaurant Pour de bon, Camille Dorsemans propose des plats locaux et faits maison avec une carte renouvelée chaque semaine. Avec elle, le fromage est partout, de l'entrée au dessert, avec des prix allant de 9,50 à 16 euros. Et les petites touches colorées, à l'instar des fleurs séchées, font toute la différence. Le restaurant est ouvert midi et soir, du mercredi au samedi et le dimanche midi (pour le brunch). 
 
Le fromage est à emporter ou à déguster sur place. / © Léna Romanowicz / France Télévisions
Le fromage est à emporter ou à déguster sur place. / © Léna Romanowicz / France Télévisions

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus