Strasbourg : en badminton, le titre de champion d'Europe cadet pour Alex Lanier, pensionnaire de l'ASPTT

C'est une première dans la catégorie cadet qu'un Français remporte le titre de champion d'Europe de badminton. C'était le 12 septembre pour Alex Lanier, 16 ans, pensionnaire de l'ASPTT Strasbourg, qui est aussi sélectionné pour les championnats de monde par équipe senior.

A tout juste 16 ans, sa voix n'est pas encore celle d'un homme mais plus celle d'un enfant. Pourtant, Alex Lanier pulvérise les records de précocité. En juin, le badiste remporte son premier tournoi senior, devenant le plus jeune joueur européen de l'histoire à accrocher un titre devant un certain Viktor Axelsen, Danois titré aux jeux de Tokyo cet été.

Le 12 septembre, c'est le titre de champion d'Europe cadet qu'Alex Lanier est allé chercher, une première pour un Français dans cette catégorie, surtout qu'il est médaillé d'or en double également. Le pensionnaire de l'ASPTT Strasbourg depuis deux ans est évidemment heureux de cet enchaînement de victoires. "Je me situe aujourd'hui aux alentours de la 180e place mondiale, ce n'était pas un objectif, je prends les choses au fil du temps mais oui c'est bien", sourit-il pas poseur pour un sou.

Originaire de Caen, le jeune homme est à l'INSEP à Paris depuis deux ans. Et comme tout jeune sportif de haut niveau, il suit un planning de dingue, alternant sports et cours toute la journée et même le soir quand c'est nécessaire. "C'est sûr que je n'ai pas beaucoup de temps pour moi, convient l'élève en première scientifique. Et avec la fin du covid, le rythme des compétitions est plus intense donc il va falloir rattraper les cours manqués mais bon, on s'y fait".

 

Une incroyable progression

C'est l'ASPTT Strasbourg et Julien fuchs, capitaine de l'équipe 1, qui sont allés chercher Alex Lanier dans sa Normandie natale. "On lui a proposé de jouer en top 12 (le plus haut niveau français en badminton, NDLR), ce qui n'était pas possible dans son club", explique Julien Fuchs. "J'ai consulté ma famille mais je n'ai pas hésité longtemps", explique le badiste.

Les clubs ont l'obligation désormais de compter dans leur équipe 1 une moitié de tricolores, ce qui n'était pas le cas avant. "A l'ASPTT, on s'est dit que si déjà on investit dans un joueur, on aimerait que les jeunes du club puissent s'identifier à lui", raconte Julien Fuchs.

Bonne pioche avec Alex Lanier. "Il a une incroyable progression, témoigne Julien Fuchs, toujours soufflé par le talent de son joueur, il a une vision du jeu bien supérieure à celle des autres, il anticipe tout, il est toujours bien placé. C'est un excellent défenseur mais il est très complet en réalité. Et il va continuer à grandir, il n'a pas encore atteint sa maturité physique".

 

Direction les championnats du monde

Il faut dire que le badminton, le Strasbourgeois est tombé dedans quand il était petit. "Ma première raquette, je l'ai tenue vers deux ans. Mes parents jouaient et faisaient des tournois le week-end, ils m'emmenaient et très vite mon papa s'est rendu compte que je renvoyais pas mal le volant." Un atavisme donc mais pas que. "J'adore le sport en général mais là je trouve beaucoup de plaisir dans le badminton, en fait je le prends comme un jeu, comme un enfant qui s'amuse dans une cour de récré."

Avant la cour des grands. Ce sera dans 15 jours aux championnats du monde senior au Danemark. Alex Lanier est sélectionné en équipe de France et a hâte d'y être. Avant cela, il y a la première rencontre interclub le 25 septembre à Strasbourg en top 12 (championnat de France). Ce sera face à Boulogne-Billancourt.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport badminton