Strasbourg : l'Eurocorps a 25 ans

Créé en 1992 par François Mitterrand et Helmut Kohl, cet état major unique est composé de cinq Etats-nations cadres et autant d'associés. Il a rempli de nombreuses missions sous commandement de l'Otan et depuis peu de l'Union européenne.

© PATRICK SEEGER/EPA/MaxPPP
Ils sont Français, Allemands, Belges Espagnols, Luxembourgeois mais possèdent tous un même drapeau, avec son glève et son europe simplifiée, celui de l'Eurocorps. Un millier de soldats qui ont choisi de rejoindre la force multinationale à Strasbourg. "Je pense que l'europe de la défense est importante pour tous les européens, dit le caporal Javier Hernandez Gasulla, conducteur au sein de l'Eurocorps, nous devons être préparés… et tous ensemble". Le caporal chef Julien Hendrick, mécanicien dépanneur, reconnaît, lui, qu'il faut savoir "combiner plusieurs façons de voir les choses, plusieurs façons d'agir, plusieurs réglements différents et qu'il faut essayer de faire avec" quand on intègre l'Eurocorps.

Avec des quartiers généraux aménagés dans des containers toujours prêts à partir, le Corps européen est capable de se déployer en cinq jours partout dans le monde pour effectuer du soutien logistique et du commandement . Il avait fait ses preuves dans les Balkans à la fin des années 90, en Bosnie, au Kosovo puis en Afghanistan, à deux reprises, toujours sous commandement de l'OTAN. Mais jamais sous l'égide de l'Union européenne. Jusqu'à cette mission de formation au Mali, effectuée à la demande des 28 pays membres. "Nous sommes le seul quartier général en Europe capable de faire les deux, l'Union européenne et l'Otan", affirme le général Franz Pfrengle, chef d’état-major de l'Eurocorps. 

Il aura fallu attendre 23 ans pour que l'Europe utilise directement sa force multinationale. On est encore loin de "l'Europe de la Défense" imaginée par Francois Mitterand et Helmut Kohl quand ils créent l'Eurocorps en 1992. Aujourd'hui un consensus politique se dessine peu à peu, face à la menace terroriste. "Il suffit de regarder la situation sécuritaire dans le monde pour voir que l'Union européenne et l'Eurocorps vers l'Union européenne ont une place à tenir, explique de son côté le général Eric Hautecloque-Raysz Général, commandant en second de l'Eurocorps.

Des soldats viennent de rentrer de Bangui. Une soixantaine d'entre eux s'est envolée dans l'autre sens pour former l'armée centre-africaine. C'est la deuxième mission de l'Eurocorps auprès de l'Union européenne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
europe politique défense société sécurité