Strasbourg : interdiction des véhicules diesel, voici le calendrier de la zone à faibles émissions de l'Eurométropole

D'ici 2028, tous les véhicules diesel seront chassés de l'Eurométropole de Strasbourg pour respecter la zone à faibles émissions (ZFE). Le calendrier, vignette par vignette, a été dévoilé ce mercredi 28 avril lors d'une conférence de presse.

Les véhicules diesel vont être progressivement interdits dans l'Eurométropole de Strasbourg à compter de 2022.
Les véhicules diesel vont être progressivement interdits dans l'Eurométropole de Strasbourg à compter de 2022. © Sebastien LAPEYRERE / Maxppp

Les véhicules diesel vont bel et bien disparaître du paysage de l'Eurométropole de Strasbourg. Mais ce n'est pas pour maintenant. Lors d'une conférence de presse ce mercredi 28 avril, Pia Imbs, la présidente de l’Eurométropole, Jeanne Barseghian et Danielle Dambach, les présidentes déléguées, maires de Strasbourg et de Schiltigheim, ont dévoilé le calendrier de la mise en place de la zone à faibles émissions (ZFE). Dès 2022, les véhicules jugés trop polluants, avec une vignette Crit'air allant de 2 à 5, seront peu à peu interdits. 

L'entrée en vigueur de la ZFE sera progressive et s'étendra jusqu'en janvier 2028. Le trio à la tête de l'Eurométropole s'est félicité du consensus trouvé autour d'un seul et même calendrier pour Strasbourg et ses couronnes. "On gagne deux ans par rapport à ce qui avait été fixé lors du mandat précédent", a déclaré la maire de Strasbourg.

Une concertation citoyenne

Dans son calendrier, l'Eurométropole a souhaité "plus de souplesse" en misant sur la pédagogie auprès des usagers. Dans ce sens, une première phase de concertation aura lieu du 10 mai au 24 juin. Le 11 mai, de 18 à 20 heures, une table ronde (en distanciel) rassemblera des experts pour informer les citoyens sur la future ZFE. Le but est de "créer des espaces d’expression", a indiqué Cécile Delattre, vice-présidente en charge de la participation citoyenne. Des ateliers seront également proposés aux entreprises et aux particuliers. Un site informatif ainsi qu'un numéro vert (0 800 100 267) sont déjà disponibles pour "répondre à des questions plus personnelles."

Dans les 33 communes de l'Eurométropole, des "city truck" et des vélos cargos viendront répondre aux questions des habitants et prendre en compte leurs demandes. La restitution des contributions citoyennes est prévue au mois de septembre.

Un changement progressif

Des "dates préparatoires" sont prévues pour accompagner les usagers dans leurs nouveaux modes de déplacements. Par exemple, dès 2022, la ZFE entre en vigueur pour les véhicules avec une vignette Crit'air 5. Cependant, ils pourront continuer de circuler jusqu'en janvier 2023 sans être sanctionnés. 

La ZFE : les dates par vignette 

Le calendrier de mise en oeuvre de la ZFE dans l'Eurométropole de Strasbourg.
Le calendrier de mise en oeuvre de la ZFE dans l'Eurométropole de Strasbourg. © Léna Romanowicz / France Télévisions

Entre 2022 et 2028, le nombre de véhicules impactés par la ZFE ne va faire qu'augmenter. L'Eurométropole estime que ce nombre passera de 9.509 en 2022 (soit 3% du nombre total de véhicules immatriculés) à 57.204 en 2024 et enfin à plus de 170.000 en 2028. 

Un seul et unique calendrier 

A peine dévoilé, déjà critiqué. Jugé "incohérent", ce même calendrier avait poussé le 27 avril le maire (LR) d'Illkirch-Graffenstaden, Thibaud Philipps, et cinq autres élus Illkirchois, à quitter la majorité de l'Eurométropole pour rejoindre l'opposition. Selon le maire, la mise en place de la ZFE arrive trop tôt. Les Illkirchois sont d'ailleurs appelés à voter lors d'un référendum en juin, pour ou contre la ZFE, ce qui scandalise le collectif Strasbourg respire. "C'est comme faire un référendum pour ou contre le confinement et la fermeture des commerces pour le coronavirus. La question ne doit pas se poser, c’est un problème de santé publique, il y a une urgence", souligne son fondateur Thomas Bourdrel.

Il aurait fallu que Strasbourg prenne les devants et oblige les couronnes à suivre.

Thomas Bourdrel, fondateur de Strasbourg respire

Au-delà de la question du référendum, le calendrier commun à Strasbourg et aux 33 autres communes lui pose problème. Il aurait préféré deux calendriers distincts avec une interdiction définitive des voitures diesel en 2025 dans la métropole. C'est d'ailleurs ce que proposait la candidate Jeanne Barseghian dans son programme électoral. "Une majorité de Strasbourgeois a voté pour elle, sur ce programme, et là, les électeurs sont déçus. Il aurait fallu que Strasbourg prenne les devants et oblige les couronnes à suivre. On perd beaucoup de temps et ce n'est pas efficace."

Ce calendrier sera soumis au vote des élus de l'Eurométropole lors d'un conseil extraordinaire le 12 juillet. Les maires prendront ensuite les arrêtés nécessaires au début de l’automne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement automobile économie pollution