Strasbourg : le rayon vert de la cathédrale a disparu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Chanel

Le célèbre rayon vert qui attirait les touristes dans la cathédrale de Strasbourg au moment des équinoxes n'est plus visible. Le verre du vitrail par lequel il passait a été remplacé.

C'en est fini du célèbre rayon vert. Ce phénomène optique singulier, qui attirait les touristes dans la cathédrale de Strasbourg à chaque équinoxe, n'est plus qu'un souvenir. En cause, le changement de verre effectué à l'occasion de travaux de restauration de certains vitraux, réalisés par la Direction régionale des affaires culturelles.

Le passage de la lumière a ainsi été modifié. Plus de vert donc, mais du jaune et du bleu. Dans la matinée de ce lundi 21 mars, les touristes, qui n'étaient pas au courant de la nouvelle, ne cachaient pas leur amertume, voire leur colère. "Le rayon vert, il est connu de partout. Aujourd'hui, on a plus le droit de le voir. Je trouve cela désolant", constate l'un d'entre eux.

"Je l'avais raté deux fois, explique un autre, je ne suis pas très content de ne pas pouvoir rentrer", s'indigne un autre. "On est extrêmement déçu", renchérit une femme venue spécialement de Bellefosse pour découvrir cette curiosité. 

Découvert en 1972

"Les experts ont estimé qu'il fallait nettoyer, remplacer, réparer une partie du vitrail. Ce qui a été fait" explique Didier Muntzinger, archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg.

Le rayon apparaissait deux fois par an, en mars et en septembre, sur le dais de pierre qui surplombe le Christ de la chaire de l'édifice, comme le montre la video ci-dessous.

Ce phénomène ne durait que quelques minutes mais captait tous les regards. Il a été découvert en 1972 par un ingénieur-géomètre, Maurice Rosart. "Ce rayon est rendu possible par la nature du verre utilisé pour réaliser ce pied. Ce verre est transparent et de couleur verte, alors que les autres verres colorés sont seulement translucides. Le pied de Juda constitue ainsi ce qu’on appelle un « oculus » dans la façade sud de l’édifice".

"Un mauvais coup"

Le géomètre dénonce, dans un courrier diffusé ce lundi 21 mars, "un mauvais coup porté aux Strasbourgeois, à la culture, à la laïcité, aux Lumières. Il redonne force et vigueur à un obscurantisme religieux digne du Moyen-Âge et qui dénie aux individus le droit de ne pas croire en Dieu. De plus, c’est ignorer le message annonciateur du rayon vert : « Le soleil passe par mon pied »." 

"Pour le grand public, croyants ou athées réunis dans une même admiration, c’est également la disparition d’un évènement cosmique d’une rare beauté et d’une précision astronomique", regrette-t-il.