Strasbourg : nouvelle agression de sapeurs-pompiers volontaires par la victime qu'ils secouraient

Les agressions ne sont pas nouvelles : en janvier 2007, un camion de pompiers avait été caillassé à Colmar. (voir image) L'auteur de l'agression de Strasbourg en octobre 2019, lui, a porté des coups sur la personne des pompiers. / © Mathieu Lerch, MaxPPP
Les agressions ne sont pas nouvelles : en janvier 2007, un camion de pompiers avait été caillassé à Colmar. (voir image) L'auteur de l'agression de Strasbourg en octobre 2019, lui, a porté des coups sur la personne des pompiers. / © Mathieu Lerch, MaxPPP

Une équipe de sapeurs-pompiers volontaires a été agressée à Strasbourg le jeudi 17 octobre. Cette énième agression contre des pompiers en Alsace a poussé le service départemental de secours et d'incendie (SDIS) du Bas-Rhin à rappeler son soutien à ses pompiers.

Par Vincent Ballester

Après Bischheim, Haguenau, et Saverne, le Service départemental de secours et d'incendie (SDIS) du Bas-Rhin rapporte (voir tweet en bas d'article) une nouvelle agression portée sur l'une de ses équipes de sapeurs-pompiers volontaires (SPV). Elle a eu lieu à Strasbourg, le jeudi 17 octobre 2019. 
 

Les pompiers volontaires ont été insultés et agressés physiquement par la victime à qui ils venaient en aide. Aucun d'entre eux n'a été blessé, mais une plainte a été déposée : cette procédure est devenue systématique, rapporte 20 Minutes qui avait titré "Mais pourquoi tant de haine envers les pompiers ?" en décembre 2018. 
 

Le ras-le-bol des pompiers

C'est aux urgences de Strasbourg qu'avait déjà eu lieu l'agression de deux pompiers et d'une dizaine de membres du corps médical, plus précisément à l'hôpital de Hautepierre. Cette multiplication des violences contre les pompiers a poussé ces derniers à faire grève en juin 2019. Une manifestation de 200 pompiers de la région a ensuite eu lieu place Kléber en septembre.
 

Le SDIS du Bas-Rhin communique régulièrement sur les agressions touchant ses équipes. Elle déclarait en août 2019 agir ainsi pour : "montrer qu'elle est consciente du problème, et qu'elle est solidaire de ses effectifs". Sur Twitter, un hashtag #TouchePasÀPompier est né pour dénoncer les violences et soutenir les pompiers agressés.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus