Strasbourg: les parents d'enfants autistes montés sur une grue obtiennent gain de cause

Les deux parents d'un enfant autiste ont grimpé dans la nuit du 28 au 29 mars sur une grue du quartier international d'affaires de Strasbourg. Ils voulaient dénoncer les délais trop longs du traitement des dossiers par la MSA (Sécurité sociale agricole). Ils ont obtenu gain de cause.

Les deux parents d'Emilien sont montés dans le milieu de la nuit et se sont installés sur la plateforme de la grue.
Les deux parents d'Emilien sont montés dans le milieu de la nuit et se sont installés sur la plateforme de la grue. © France 3 Asace
"Nous attendons notre chèque. On vient de nous dire qu'il allait être convoyé par train. Nous descendrons quand nous le verrons en vrai et que nous aurons un papier garantissant le traitement rapide de tous les dossiers dans la même situation que nous en Alsace": Marie Lettler est soulagée.

Encore une fois, elle a dû prendre des risques pour obtenir les aides auxquelles ils ont droit avec son mari pour s'occuper correctement de leur fils. Cette maman, membre du collectif citoyen handicap, n'en est pas à sa première escalade de grue. Les fois précédentes, elle grimpait pour alerter sur le manque d'auxiliaires de vie scolaire pour les enfants handicapés.

A 11 ans, son fils Emilien est atteint d'une forme d'autisme lourde, avec un taux d'incapacité supérieur à 80%. Son handicap nécessite l'intervention au quotidien de nombreux spécialistes (psychologue, psychomotricien, éducatrice spécialisée, orthophonistes....). Pour prendre en charge ces soins, les parents d'Emilien bénéficiaient d'allocations spécifiques. Des allocations qui ont cessé de leur être versées en février.
 
Le papa d'Emilien est ouvrier agricole et relève donc de la MSA, la sécurité sociale agricole, qui a expliqué à ces parents que le non-versement de leurs aides pâtissait du retard pris dans le traitement de leur dossier. Retard annoncé de quatre mois. Cette aide s'élève à environ 400 euros par mois pour Marie et Aurélien Lettler. "Sans cet argent, nous ne pouvons plus payer les intervenants qui aident notre fils, et vu le prix des carburants, nous ne pouvons même plus le conduire chez les différents spécialistes" explique la mère de famille.

D'où cette banderole hissée sur la grue sur laquelle ils sont montés: "privés de soin par la MSA". C'est dans la nuit que les deux parents ont entrepris de grimper. "Ils n'ont eu aucun mal à y accéder, ils ont juste poussé une porte, il n'y avait personne sur le site. Ils n'ont pas eu de mal à atteindre leur promontoire mais ont au passage déclenché une alarme sur le chantier qui a entraîné l'arrivée très rapide de forces de police, explique Estelle Hoffer, autre maman du collectif citoyen handicap restée au pied de la rue pour relayer le message des deux parents. Leur présence sur la grue ce matin ne présentait pas de danger et n'entravait pas le déroulement du chantier en cours.
 
"Aidant familial fait la manche. A votre bon coeur" : le message posé en contrebas de la grue sur laquelle sont montés deux parents d'un enfant autiste dit le désarroi des aidants familiaux.
"Aidant familial fait la manche. A votre bon coeur" : le message posé en contrebas de la grue sur laquelle sont montés deux parents d'un enfant autiste dit le désarroi des aidants familiaux. © France 3 Alsace
Il aura fallu l'intervention d'un négociateur du Raid pour obtenir le déblocage de la situation, ainsi que la venue au pied de la grue d'une responsable de la MSA. D'après Marie Lettler, cette dernière a donc promis à ces parents le règlement immédiat de leur arriéré par le biais de ce chèque qui serait déjà en route. Elle se serait également engagée à ce que tous les dossiers des parents d'enfants handicapés dans la même situation que les Lettler en Alsace soient rapidement régularisés. Ils devraient tous l'être dans le courant de la semaine prochaine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie faits divers