Strasbourg : pour dénoncer les conditions d'élevage des poulets, L214 manifeste samedi 16 octobre devant un Burger King

Des militants de l’association L214 se retrouveront ce samedi 16 octobre devant un restaurant Burger King de Strasbourg. L’objectif : demander à la chaîne de fast-food de s’engager, comme d’autres le font déjà, contre les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets.

Ce samedi 16 octobre, entre 12 heures et 14 heures, des militants de l’association de protection animale L214 seront présents, avec pancartes et flyers, devant le restaurant Burger King de Strasbourg situé 41 rue Charles Péguy. Des manifestations similaires se dérouleront au même moment dans une trentaine de villes de France.

Pour cette nouvelle campagne, l’association cible précisément cette enseigne de fast-food. En effet, des enseignes concurrentes, telles Domino’s Pizza, Subway et KFC, se sont déjà engagées contre les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets. Elles s’approvisionnent auprès d’entreprises qui respectent les critères minimums de l’ECC (European Chicken Commitment), un nouvel ensemble de normes visant à améliorer le bien-être des animaux.

Mais selon L214, Burger King n’a jamais pris d’engagements dans ce sens. Et la viande que cette enseigne de fast-food transforme proviendrait donc toujours de lieux d’élevage et d’abattage particulièrement cruels.

Des conditions d’élevage indignes

"Une densité énorme (jusqu’à 22 animaux par mètre carré) et une sélection qui les fait grandir trop vite et entraîne des problèmes de santé et des souffrances inutiles" résume Florence Boyer, chargée de la campagne agro-alimentaire de L214 au niveau national. A cela se rajoutent "des conditions d’hygiène inacceptables, une litière jamais changée, qui fait que ces animaux passent leur courte vie sur leurs excréments. Et des conditions d’abattage indignes" car leurs os sont souvent brisés lors de l’accrochage à la chaîne, avant l’électrocution qui les abrutit.

"Les entreprises doivent prendre leurs responsabilités par rapport aux élevages" rappelle Florence Boyer. Or, pour L214, respecter l’ECC n’est pas un objectif inaccessible. "Ce sont des critères réalistes que d’autres enseignes ont déjà acceptés. Et Burger King a les moyens de s’engager aussi."

"On essaie de dialoguer avec l’entreprise depuis deux ans", assure la chargée de la campagne agro-alimentaire de l’association. "Ce vendredi 15 octobre, certains de nos membres ont encore manifesté devant le siège social de Burger King, à Clichy (Hauts-de-Seine), en vain."

Une campagne d’information publique

La manifestation de ce samedi 16 octobre devant une trentaine de restaurants de la chaîne, à travers toute la France, est donc destinée à lancer "une campagne d’information publique, afin que les consommateurs soient alertés." Des affiches et des tracts reprendront le thème de "roi de la cruauté" que l’association L214 décerne à Burger King. Et le public est invité à signer une pétition en ligne. Afin de demander à l’enseigne de fast-food de respecter les critères de l’ECC. Mais également de s’approvisionner, pour 20% de sa viande, auprès d’élevage qui garantissent aux volailles un accès à l’extérieur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation animaux polémique société