Strasbourg : une professeure du collège Jacques Twinger menacée avec une arme

Le collège Jacques Twinger à Strasbourg compte 670 élèves. / © Capture d'écran Mappy.fr
Le collège Jacques Twinger à Strasbourg compte 670 élèves. / © Capture d'écran Mappy.fr

Les faits se sont déroulés le vendredi 4 octobre dans l'enceinte du collège Jacques Twinger dans le quartier de Koenigshoffen à Strasbourg. Des jeunes qui s'étaient introduits dans le collège, ont menacé avec un pistolet une professeure intervenue pour les faire sortir de l'établissement.
 

Par A.B.

Une semaine après les faits, la communauté éducative du collège Jacques Twinger à Strasbourg est encore sous le choc. "C'est un degré de violence jamais atteint", déclare Florence Gotesman, professeure de français, jointe par téléphone. Le vendredi 4 octobre, des jeunes extérieurs à l'établissement, se sont introduits dans l'enceinte du collège. Ils écoutaient de la musique quand une professeure est intervenue pour les faire sortir. Un des jeunes sort un pistolet et menace l'enseignante. A ce jour, on ne sait pas si l'arme était factice. Les jeunes finissent par sortir d'eux-mêmes.

Un événement, qui a sidéré le corps enseignant"on travaille dans un établissement difficile, on côtoie la violence régulièrement. Mais ce n'est plus supportable" poursuit Florence Gotesman. La collègue, encore un peu secouée, est actuellement en arrêt maladie. "Nous avons eu un moment de sidération puis nous avons réalisé qu'un enseignant venait de se faire braquer au sein même du collège". Pour l'équipe éducative et les représentants des parents d'élèves, ç'en est trop. Le rectorat est rapidement mis au courant des faits. Une réunion est organisé dans l'établissement avec l'équipe pédagogique et l'institution le lundi suivant. "Nous avons l'impression que le rectorat a tenté de minimiser les faits. Pas de communication autour de cet événement. De cette manière, on banalise la violence et c'est très grave" proteste le représentant des parents d'élèves du collège Twinger, Brahim Maameri. 

 

"La goutte qui a fait déborder le vase"

Au collège Jacques Twinger, c'est le trop plein, "la goutte qui a fait déborder le vase" explique, Brahim Maameri. "Les enseignants sont tous très investis, motivés, à l'origine de nombreux projets pédagogiques, mais ils sont visiblement abandonnés par leur hierarchie. Et c'est inacceptable". En début d'année, les professeurs étaient déjà montés au créneau réclamant davantage de moyens, "un troisième CPE, le rétablissement des heures d'accompagnement éducatif. Ces requêtes sont restées sans réponse depuis mars", regrette Florence Gotesman. 

Le rectorat, le Conseil départemental 67 ou encore l'Eurométropole ont bien été interpellés à plusieurs reprises pour discuter des conditions de travail et de l'implantation du collège dans le quartier. Mais à ce jour, les mesures proposées ne sont pas suffisantes selon l'équipe éducative. "Le collège Jacques Twinger est en REP (réseau d'éducation prioritaire) mais pour les politiques il n'est clairement pas prioritaire, ni le quartier du Hohberg où il est situé" ajoute Florence Gotesman.

Actuellement, l'établissement compte 670 élèves. Les locaux ne sont plus adaptés. Le collège Jacques Twinger qui a vu ces dernières années ses effectifs exploser avec l'arrivée d'élèves issus des quartiers fraîchement construits aux alentours, en l'occurrence le Parc des Poteries ou le Parc des Forges. "Ça fait des années qu'on dit qu'il faut un second collège dans l'Ouest de Strasbourg pour absorber cet afflux d'élèves. A Twinger, nous ne pouvons pas tous les accueillir dans des conditions convenables pour apprendre et pour enseigner". 
 

Le collège au coeur du quartier du Hohberg

A l'image du collège, le corps enseignant dépeint un quartier du Hohberg lui aussi délaissé depuis des années. "Les difficultés ne cessent de s'accumuler sans que personne n'intervienne". Nous sommes au coeur de ce quartier que nous voyons dépérir au quotidien. Il n'y a aucune volonté politique pour le Hohberg, peu de maillage associatif". Car ce n'est pas qu'une affaire de violence dans un collège mais bien un problème global "il est encore temps de renverser la tendance. Mais il faut des moyens et vite pour le collège et pour le quartier" conclut Florence Gotesman.
 

Jacques Twinger se mobilise

Ce mardi 15 octobre, il n'y aura pas cours au collège Jacques Twinger. L'équipe éducative et les parents d'élèves se mobilisent. Une opération "collège mort" est organisée pour dénoncer l'acte de violence dont a été victime une professeure et le manque de moyens. Elle exige une réunion d'urgence, le 5 novembre 2019 avec Mme Béjean, la rectrice de lʼacadémie de Strasbourg, M. Bierry, le président du conseil départemental du Bas-Rhin, le président de lʼEurométropole Robert Herrmann et le maire de Strasbourg, Roland Ries.
 

Sur le même sujet

Les + Lus