Strasbourg : un salarié des DNA retrouvé mort à proximité de son lieu de travail, suicide probable

L'homme, un rotativiste de 57 ans des Dernières Nouvelles d'Alsace, a été retrouvé mort le 17 novembre au pied du parking de la place Broglie, à deux pas de son lieu de travail. Il aurait fait une chute du 5e étage. Une enquête est en cours pour déterminer s'il s'agit d'un suicide. 
Bureaux des DNA à Strasbourg
Bureaux des DNA à Strasbourg © Xavier Ganaye / FTV
Un homme âgé de 57 ans a été découvert, polytraumatisé et en arrêt cardio-respiratoire au pied du parking Broglie vers 21h, mardi 17 novembre. Il s'agit d'un rotativiste des DNA, Dernières Nouvelles d'Alsace. dont le siège se trouve à proximité.
  

Nouveau suicide ?


Malgré les tentatives de réanimation par les sapeurs-pompiers, la victime est morte. Il semblerait que l'homme soit tombé du 5e étage. Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les causes du décès et s'il s'agit d'un suicide. Selon une source anonyme qui était sur place hier soir, le rotativiste se serait délibérément jeté du 5e étage, peu avant sa prise de service aux DNA. Un médecin et un psychologue ont immédiatement été dépéchés. Une cellule de soutien psychlogique a également été mise en place jusqu'à 1h du matin.

Toujours selon cette même source, la victime, père de deux filles de 20 et 23 ans, aurait commis cet acte tragique probablement pour raisons personnelles.

Jointe par téléphone, Marie-Sophie Kormann, journaliste élue SNJ (Syndicat national des journalistes) reste, elle, plus prudente. "Cela ressemble fortement à un suicide mais pour l'heure rien n'est avéré. Laissons l'enquête se poursuivre. Dans ce genre de cas, il faut prendre des précautions. Nous réagirons le moment voulu."
 

Deuxième suicide en moins d'un an aux DNA


Un évènement qui rappelle tristement le suicide il y a moins d'un an de Régis, un technicien de 43 ans employé aux Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) qui avait mis fin à ses jours, au siège du quotidien à Strasbourg. Le 5 décembre 2019, au petit matin, il s'était jeté du toit.  A l'époque, ses collègues et les syndicats, avaient dénoncé des conditions de travail particulièrement dures et anxiogènes dans le groupe de presse, Ebra, propriété du Crédit mutuel en pleine restructuration.
 
La nuit dernière, l'impression des éditions des DNA et de l'Alsace a été suspendue. Celle de ce soir risque également de l'être. Ce qui signifie que les DNA et l'Alsace ne devraient pas paraître demain.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société presse économie médias