Stuttgart (Allemagne) : affrontements avec la police et destructions après un contrôle dans une affaire de stupéfiants

Des centaines de personnes s'en sont pris à des policiers ou à leurs véhicules dans les rues de Stuttgart, faisant 19 blessés et détruisant des vitrines et des terrasses de restaurants. L'élément déclencheur serait un contrôle dans une affaire de stupéfiants.
Destruction de magasins et renforts de policiers dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 juin 2020 à Stuttgart
Destruction de magasins et renforts de policiers dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 juin 2020 à Stuttgart © Simon Adomat. Julian Rettig. MaxPPP

Jets de pierres et de bouteilles sur des policiers, destruction de vitrines, de terrasses de restaurants et de véhicules de police dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 juin dans le centre-ville de Stuttgart. Les policiers ont du faire appel à des renforts dans la nuit, n'arrivant pas à faire face à l'escalade de violence et d'agressions, comme le montrent de nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et SnapChat.

La police de Stuttgart a exclu tout lien politique. "Pour l'instant nous écartons tout lien entre ces violences et les milieux d'extrême-gauche, il n'y a aucune motivation politique", a déclaré Franz Lutz, commissaire principal de la police de Stuttgart, lors d'une conférence de presse dimanche 21 juin. La police va renforcer sa présence dans les prochaines semaines, notamment en centre-ville. Les attroupements de fêtards sont connus des forces de police, et il y a eu quelques débordements ces dernières semaines. Très souvent mis en scènes et relayées sur les réseaux sociaux. Mais les actions contre les forces de l'ordre sont récentes, selon le commissaire principal.

Nos confrères de la Sud-West Rundfunk (SWR) ont fait un montage de quelques unes de ces vidéos du 20 juin, diffusé dans un tweet :

Sur ces vidéos, on voit de jeunes hommes jeter des pavés dans des vitrines, lancer des chaises sur des véhicules de police, pendant que d'autres filment les scènes. Des policiers sont pris à partie, ou agressés physiquement. Les voitures de police sont attaquées à coups de barre de fer et vidées de leur contenu.

Dans ce tweet du syndicat français Synergie, la vidéo montre l'acharnement de plusieurs hommes contre un véhicule de police :

Selon un communiqué du Polizeipräsidium de Stuttgart et la conférence de presse conjointe de la police et de la mairie de Stuttgart, relayée en direct par la SWR, la police explique que ces débordements sont liés à un contrôle d'un jeune mineur de 17 ans, dans le cadre d'une affaire de stupéfiants, à Eckensee. Lors de ce contrôle, 200 à 300 personnes ont pris fait et cause pour le jeune homme et ont commencé à attaquer les forces de l'ordre avec des pierres et des bouteilles.

Plus tard, elles se sont dirigées vers la place du château et la foule a grossi, entre 400 et 500 personnes se sont éparpillées par petits groupes dans le centre-ville. Les policiers ont été agressés verbalement et physiquement, 19 ont été blessés. Certains agresseurs se sont caché le visage pour ne pas être reconnus, se filmant en train de jeter des projectiles dans les vitrines du centre-ville et de la Königstrasse notamment. La police continue dimanche les investigations et elle a procédé à 24 interpellations.

Le maire de Stuttgart, Fritz Kuhn a nommé deux facteurs de l'escalade de cette violence : l'alcool ainsi que la volonté de se distinguer sur les réseaux sociaux.

Le commissariat central de Stuttgart a tenu une conférence de presse, et il demande aux internautes de leur faire parvenir les vidéos prises dans la soirée dans ce tweet :

Dimanche, de nombreuses voix ont condamné les violences, comme Muhterem Aras, présidente du Landtag du Bade-Wurtemberg dans un tweet (en allemand) : "Je suis sans voix et horrifiée par ce qu'il s'est passé cette nuit dans notre ville de Stuttgart. Peu importe les raisons, rien ne justifie cette violence acharnée et ces destructions ! Merci à toutes les forces de l'ordre et surtout bon rétablissement aux blessés" :

Vers 3h dimanche matin, la situation était enfin sous contrôle. Au total, 200 policiers de Stuttgart et environs ont été appelés tout au long de la nuit. Un groupe de recherche de 40 personnes a été constitué pour enquêter sur les délits commis pendant la nuit et retrouver les auteurs.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
allemagne international police société sécurité