Le tribunal administratif rejette la demande de suspension de l'arrêté rendant le masque obligatoire à Strasbourg

Le port du masque est obligatoire dans le centre-ville de Strasbourg depuis le 21 mai et par arrêté municipal / © David Meneu / France 3 Alsace
Le port du masque est obligatoire dans le centre-ville de Strasbourg depuis le 21 mai et par arrêté municipal / © David Meneu / France 3 Alsace

Depuis le jeudi 21 mai, le port du masque est obligatoire dans l'espace public de la Grande-Ile et les grands axes y conduisant. Une mesure bien suivie des Strasbourgeois mais diversement appréciée. Le tribunal administratif, saisi pour faire annuler l'arrêté municipal, a rejeté la demande.

Par Anne-Laure Marie

Avec le déconfinement, il fallait s'y attendre, de nombreux Strasbourgeois ont eu envie de retrouver les rues du centre-ville. Un peu trop. Alors Roland Ries, le maire de la capitale alsacienne a décidé par arrêté municipal qu'à compter de jeudi 21 mai, le port du masque serait obligatoire dans les rues de l'hyper centre. 
 

Nous nous sommes rendus dans le centre-ville de Strasbourg ce samedi 23 mai, pas franchement pris d'assaut, en raison d'une météo mouvementée. Malgré tout, nous avons pu constater que la plupart des piétons respectaient l'obligation du port du masque. Avec plus ou moins de bonne volonté. "Je le porte mais c'est vraiment pour éviter de payer l'amende de 38 euros", explique une passante. Un peu plus loin, une Strasbourgeoise avoue en avoir marre. "On a le droit de le dire? J'en ai ras-le-bol!" s'exclame-t-elle. D'autres promeneurs masqués en revanche approuvent, "le virus circule donc c'est normal!"
 

Décision du tribunal administratif

Pour deux Strasbourgeois, la coupe est tellement pleine qu'ils ont décidé de demander au tribunal administratif de Strasbourg la suspension de l'arrêté pris par Roland Ries considérant qu'il portait gravement atteinte à leur liberté de circuler. Le tribunal reconnaît que le port du masque est une recommandation de l'Académie de médecine et même s'il précise qu'il n’est "justifié par aucune raison impérieuse liée à des circonstances
locales propres à la commune de Strasbourg"
, il rejette la demande de suspension des deux Strasbourgeois au motif que l'arrêté ne porte pas atteinte à la liberté de circuler.

L'arrêté court jusqu'au 2 juin et concerne tout le monde à partir de 11 ans de 10 heures à 20 heures. Il pourrait être reconduit même si le département du Bas-Rhin devait passer en zone verte.

Sur le même sujet

Les + Lus