Résultats Municipales à Wissembourg : Sandra Fischer-Junck est en tête du premier tour

Une triangulaire au second tour à Wissembourg. Relancer l’attractivité du territoire a constitué une thématique de campagne importante pour les candidats. L’éclairage du politologue Richard Kleinschmager.
Vue de Wissembourg, avec l'abbatiale St-Pïerre-St-Paul
Vue de Wissembourg, avec l'abbatiale St-Pïerre-St-Paul © G. Bertrand. FranceTélévisions.
À Wissembourg (Bas-Rhin), les trois listes candidates se maintiennent au deuxième tour : Sandra Fischer-Junck (SE) avec 47.27% des voix, le maire sortant Christian Gliech (LREM) avec 30.93%, et André Krieger (DVD) avec 22.34%. 

Le taux de participation (définitf) était de 49,06% soit légérement au dessus des chiffres départementaux. À 17 heures, la participation dans le département n'est que de 31,87% soit plus de 20 points de moins qu'en 2014, lors des dernières municipales à la même heure. 
Début du dépouillement à Wissembourg peu après 18h00.
Début du dépouillement à Wissembourg peu après 18h00. © M Heidmann / FTV


À midi, le taux de participation dans le Bas-Rhin est à la baisse avec 16,93 % des inscrits seulement qui se sont déplacés pour aller voter, soit plus de deux points de moins qu'en 2014 - lors des dernières municipales à la même heure.
Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro, publié jeudi avant les élections, 22 % des sondés avaient déclaré avoir changé d'avis pour finalement bouder les urnes à cause des risques liés à la pandémie de Coronavirus. 
Un bureau de vote à Wissembourg.
Un bureau de vote à Wissembourg. © Marie Heidmann / FTV

Avec 7.537 inscrits sur les listes électorales, comment les urnes de Wissembourg, ville frontière du nord Alsace, vont-elles se porter en 2020 ? Le maire de Wissembourg, Christian Gliech, brigue un troisième mandat. Il a face à lui deux candidats : André Krieger, expert-comptable, candidat pour la deuxième fois et Sandra Fischer Junck, infirmière libérale et élue d'opposition.

« On n’est pas dans une évolution majeure du contexte politique en place. Il ne me semble pas qu’il y ait une déstabilisation du maire actuel. La problématique c’est souvent de trouver l’opposant qui va avoir le poids pour renverser celui qui est en place quand il n’y a pas eu d’évènements particuliers. Je pense que l’abstention sera du même ordre qu’ailleurs », analyse le politologue Richard Kleinschmager.

Richard Kleinschmager est politologue, géographe, professeur émérite de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.

Carte de la ville de Wissembourg, située tout au Nord du Bas-Rhin :
En 2014, l’abstention avait atteint 37,9% au premier tour, 36,1% au second. Au finish, le candidat DVG Christian Gliech s’était installé dans le fauteuil de maire, raflant 39,1% des voix devant Jean-Max Tyburn (SE), 38,4%, suivi d’André Krieger (UMP), 12,8% et de Gabriel Bastian (FN), 9,7%.

Cette année, la pandémie de Covid-19 pourrait jouer un grand rôle. Selon un récent sondage IFOP, 16% des français envisageraient de ne pas voter pour les municipales de 2020 à cause du virus. Une situation inédite qui pourrait, logiquement, profiter aux conservateurs et aux partis extrêmes.

La liste des candidats 

Les enjeux de campagne en 2020

Si les électeurs affirment vouloir de la vie et surtout voir se développer des animations et des actions pour les seniors ou les jeunes, Wissembourg, ville de 7.600 habitants, située à l’extrême nord de la région, est confrontée à l’érosion de sa population, enregistrant une baisse de 0,5% entre 2011 et 2016. Une fois leur diplôme en poche, les jeunes prennent la tangente. Un exode massif observé depuis de nombreuses années vers Haguenau, Strasbourg ou encore vers l’Allemagne. « Il n’y a pas d’universités ici, je préfère aller quelque part où c’est plus grand, dans une ville où il y a plus d’activités », confie par exemple une élève de Terminale du lycée Stanislas. « Je n’ai pas de perspectives dans ce que je veux faire » confie encore une autre.

Un choix de filières post-bac insuffisant, un manque d’infrastructures, un manque de perspectives… la grande majorité des jeunes bacheliers qui quittent la ville n’y revient pas après les études. Pour booster l’emploi et pour aider ceux qui font le choix de rester sur le territoire, la mission locale est plus que jamais mobilisée. « Certains sont dans l’obligation de chercher sur Wissembourg lorsqu’ils ne sont pas mobiles, alors qu’il y a d’autres opportunité dans les villages d’à côté. Si le jeune n’est pas véhiculé ou ne peut pas l’être, il ne peut pas travailler » confirme l’une de ses conseillères. Garder ses jeunes mais aussi attirer de nouvelles populations est un enjeu majeur pour la ville frontière qui voit aussi sa population vieillir. 25% de ses habitants ont plus de 65 ans.

Les candidats ont bien conscience de ce problème, entre constats et idées nouvelles pour endiguer le phénomène. Créations de logements plus attrayants, d’espaces de coworking, amélioration de l’offre de formation sont quelques-unes des pistes de réflexions qui garnissent les professions de foi. Du côté des électeurs, certains voudraient voir se développer plus de vie dans le centre-ville mais aussi des animations et des actions pour les seniors ou les jeunes.

Quel sera le nombre des abstentionnistes ce dimanche 15 mars ? Et comment leur absence pèsera-t-elle sur les résultats du scrutin ? Difficile à dire. Selon Richard Kleinschmager, "l'absentéisme favorise souvent le maire sortant." Mais ce n'est pas une règle absolue.
 

Carte d’identité

Trois candidats s'affrontent dimanche pour le siège de maire de Wissembourg. Sur le fronton de l'hôtel de ville on peut lire "Sous le règne de Louis XV, je me suis relevé de mes cendres" et une date, 1741.
  

La carte des résultats en temps réel

Sur France Info retrouvez le détail des résultats de votre commune dont Wissembourg.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections