Cattenom : Greenpeace allume un feu d'artifice dans l'enceinte de la centrale nucléaire

8 militants de Greenpeace tirent un feu d'artifice dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle), jeudi 12 ocotobre 2017. / © Greenpeace France
8 militants de Greenpeace tirent un feu d'artifice dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle), jeudi 12 ocotobre 2017. / © Greenpeace France

Huit militants se sont introduits tôt jeudi 12 octobre 2017 dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). Ils y ont allumé un feu d'artifice près de la piscine de stockage de combustible usé. La gendarmerie les a arrêté et placé en garde à vue.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Cattenom : feu d'artifice allumé par Greenpeace
Jeudi 12 octobre 2017, huit militants de Greenpeace France ont investi la centrale nucléaire de cattenom pour dénoncer le risque terroriste. - Greenpeace France

L'action a été menée vers cinq heures trente pour "dénoncer la fragilité et l'accessibilité de ces bâtiments pourtant chargés de radioactivité". Les gendarmes sont intervenus en dix minutes selon un communiqué de la préfecture de la Moselle qui précise que les huit militants se sont introduits "dans l’enceinte extérieure hors de la zone réservée du Centre National de Production d’Electricité de Cattenom".

L’alerte aussitôt déclenchée (...) a permis au Peloton Spécialisé de la Gendarmerie Nationale, d’interpeller les auteurs dans des délais extrêmement courts (moins de 10 minutes).


"Ils sont actuellement en garde à vue. Des recherches et reconnaissances avancées sont en cours sur l’ensemble du site."

"Fragilité" des centrales

Mardi 10 octobre 2017, Greenpeace France a publié un rapport qui dénonçait

l'extrême fragilité des piscines de combustible qui sont mal protégées face aux risques d'attaques extérieures.

En réponse à ce rapport, EDF a annoncé ce mercredi plusieurs actions menées sur différentes centrales nucléaires dont Cattenom.

"Des investigations approfondies ont révélé des épaisseurs de métal sur certains tronçons des tuyauteries ne permettant pas de justifier leur tenue en cas de séisme équivalent aux séismes +de référence+", précise EDF dans son communiqué.

Le risque est celui d'inondations de la station de pompage de certaines unités de production, "rendant indisponible les deux circuits d'alimentation en eau du réacteur".

Des renforcements de tuyauterie ont donc été réalisés pour Cattenom 3 et 4, alors que pour Cattenom 1 et 2, "un des deux circuits de refroidissement du réacteur a été sécurisé", pour garantir le fonctionnement de la centrale en toute sûreté même en cas de séisme.


Localisation :

 

Sur le même sujet

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus