Champagne-Ardenne : allez chez l'ophtalmologue à l'occasion de la journée de la vue, car certaines maladies oculaires sont asymptomatiques

La journée mondiale de la vue a lieu le jeudi 14 octobre. France 3 Champagne-Ardenne a demandé à l'ophtalmologue Chems-Eddine Ramoul, officiant dans la Marne, pourquoi il était important de consulter même si on n'a pas de symptôme d'un trouble oculaire.

Ce n'est pas parce que l'on voit bien que nos yeux... vont bien. C'est un enseignement que tente de transmettre le docteur Chems-Eddine Ramoul. 

Cet ophtalmologue officiant à Reims (à l'hôpital où il est chef de clinique) et Saint-Martin-sur-le-Pré incite la population à consulter. Ceci à l'occasion de la journée mondiale de la vue, qui a lieu le jeudi 13 octobre 2021. 

À cause de la pandémie de coronavirus, il n'y a pas vraiment d'évènements organisés pour cette journée dans les grands établissements. Mais rien n'empêche de sensibiliser, même si on ne va pas consulter ce jour (par exemple à l'hôpital de Reims, qu'on voit ci-dessous).


Le docteur Ramoul a expliqué à France 3 Champagne-Ardenne pourquoi c'était important de consulter.

Pourquoi ce message ?

"Cette journée est faite pour sensibiliser l'opinion à aller se faire dépister. L'objectif d'une consultation ophtalmologique, ce n'est pas tant de renouveler sa paire de lunettes. Mais surtout de faire un bilan de santé oculaire. Il y a énormément de pathologies qu'on dépiste alors que les patients sont asymptomatiques, qu'ils ne s'en rendent pas compte alors qu'il faut agir le plus tôt possible."

Quoi comme pathologies ?

"Des mélanomes - des cancers - au niveau de l'iris, des tumeurs cérébrales car le nerf optique est comprimé, des déformations de la cornée... Ou le glaucome, par exemple. C'est une pathologie qui endommage le nerf optique, qui peut être secondaire à une tension intra-oculaire. Mais pas forcément, donc ce n'est pas parce que la médecine du travail a mesuré votre tension intra-oculaire, et qu'elle était normale, qu'on n'est pas à risque de glaucome."

Pourquoi c'est important de dépister au plus tôt ?

"Si le glaucome n'est pas dépisté, la vision reste à 10/10 pendant assez longtemps. Et le champ visuel va se réduire au fur et à mesure sans que le patient s'en rende compte. Car le cerveau compense. Et malheureusement, le nerf optique ne se régénère pas : les fibres qui le composent se détruisent petit à petit dans le temps. Si on s'y prend trop tard, on ne peut pas revenir en arrière : les traitements ne font que ralentir l'évolution de la pathologie."

Qui peut attraper ce glaucome ?

"La prévalence augmente avec l'âge. À partir de 40 ans, 1 à 2% de la population généralement a le glaucome. Après 70 ans, c'est 10%. C'est une pathologie chronique, qui évolue sur plusieurs années, et qui entraîne la cécité : donc c'est important. C'est comme tout contrôle technique avec sa voiture : il faut consulter tous les deux ans son ophtalmologue - un an si on a ce facteur dans sa famille. Et ce si on a des lunettes ou non. On a des patients qui arrivent à 47 ans, sans avoir jamais vu d'ophtalmologue, et à qui on dit qu'on aurait pu limiter la casse s'ils étaient venus plus tôt."

C'est comme tout contrôle technique avec sa voiture : il faut consulter tous les deux ans son ophtalmologue.

Docteur Chems-Eddine Ramoul, ophtalmologue

De manière générale, il n'y a pas d'âge pour se consulter. Avant 2 ans, c'est très important pour que les voies visuelles se développent bien. La vue doit être parfaite, et si un enfant n'est pas bien corrigé, la vue ne va pas bien se développer et on ne pourra plus récupérer la situation. Les pédiatres font déjà des dépistages dans leur cabinet. Idéalement, dès 3 à 6 ans, il faut commencer à aller chez l'ophtalmologue. On dit généralement, tous les ans pour les enfants jusque 16 ans, et après, tous les deux ans. Et après, tous les ans après 45 ans selon les facteurs de risque."

Où consulter ?

"En centre hospitalier, généralement. Ou chez l'ophtalmologue : c'est pris en charge par la Sécurité sociale. Certains du secteur 2 peuvent faire un dépassement d'honoraires, assez limité, peut-être d'une vingtaine d'euros."

En quoi consiste la consultation, est-ce que ça fait mal ?

"Pour le glaucome, pas besoin de fond d'oeil. L'ophtalmologue peut utiliser une petite loupe ou des appareils. Les examens ne font pas mal, ça peut éblouir un tout petit peu, ce n'est pas douloureux du tout."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société