Champagne Ardenne : Où va-t-on vraiment vous demander le Pass sanitaire à compter du 21 juillet ?

Piscines, musées, cinémas ou salles de sport: préparez-vous à présenter un pass sanitaire pour y entrer à compter du 21 juillet. En revanche, concernant les courses, la visite à la maison de retraite ou le restaurant, la date de mise en oeuvre est le 1er août.

A compter du 21 juillet, la présentation d'un pass sanitaire est indispensable pour accéder aux établissements sportifs et culturels accueillant plus de 50 personnes. Jusqu'ici il était exigé au delà de 1000 personnes. Les activités de restauration, les centres commerciaux et autres maisons de retraite ne seront impliqués qu'au 1er août. Cela étant, la mesure annoncée par le président Emmanuel Macron le 12 juillet dernier impacte déjà bon nombre de lieux privés ou publics en Champagne-Ardenne. Qu'est-ce qui change pour vous et quels sont exactement les sites concernés  ?

Des parcs de loisirs en ordre de marche

Sur tous ses réseaux sociaux Nigloland, le parc d’attractions de Dolancourt  ne prête pas à confusion : dès mercredi, le pass sanitaire sera bel et bien demandé de façon systématique aux plus de 18 ans. ''Il y aura donc trois couches de contrôle, contrôle sanitaire, contrôle de sécurité puis contrôle des billets'' selon Frédérique Doré, la chargée de communication du Parc aubois.

"Nous aurions aimé pouvoir proposer des tests antigéniques à nos clients à l’entrée du parc, c’est à l’étude, mais nous ne sommes pas encore en mesure de donner une date de mise en place de ce service''.

La mesure va en tout cas fortement diminuer la fréquentation du site, la direction de Nigloland en est certaine. Depuis sa réouverture le 12 juin, le parc reçoit en moyenne 6 à 8000 visiteurs, avec un pic de 10 000 personnes par jour le week-end dernier, le public ayant devancé l’entrée en vigueur du pass sanitaire. A partir du 21 juillet, c’est l’inconnu…

Même volonté de se conformer aux obligations chez Grinyland, le parc de loisirs extérieurs de Sept-Saulx dans la Marne. ''Dès mercredi 10h30, un guichet dédié à ce contrôle sera installé devant le site avec une personne formée pour scanner et vérifier les papiers. Ce n’est pas de gaieté de cœur cependant,'' commente le gérant du parc Emmanuel Martin. ''Nous n’avons pas travaillé du 28 octobre au 9 juin et la météo a freiné notre redémarrage. Le fait que cela ne concerne pas les moins de 18 ans est un point positif pour nous mais il faut tout de même des accompagnants : nous craignons une baisse de 20 à 30% de la fréquentation.''

Seule consolation pour ce responsable : le syndicat des Parcs de Loisirs a obtenu un délai très précieux en repoussant au 1er septembre la date limite pour une vaccination complète des personnels de ces structures. ''J’ai beaucoup de jeunes parmi mes saisonniers et cela aurait été un couperet de nous l’imposer immédiatement''.

 

Des équipements sportifs qui sensibilisent ou contrôlent

Ouvert le 14 juillet dernier, le complexe sportif chaumontais Palestra ne prévoit pas d’application automatique dès le 21 mais ''quelques jours de sensibilisation et de pédagogie. Le porte-parole du gouvernement a prévu 8 à 10 jours de tolérance donc nous allons y aller progressivement’’ note Axel Nepper, directeur du tout jeune établissement.  

''Nous ferons des contrôles aléatoires des personnes qui se présentent et nous leur rappellerons que la mesure sera applicable rigoureusement d’ici quelques jours, probablement la semaine prochaine.''

Le site a recruté deux agents de sécurité supplémentaires pour accompagner cette mesure qui peut créer des tensions. Avec le retour du beau temps, ce sont en moyenne 600 personnes qui viennent y nager ou tester un autre pass plus sympathique, le pass bien être.

A Troyes, la piscine des Chartreux sera moins indulgente. Dès le 21 juillet les adultes y seront controlés. ''C’est d’autant plus logique d’y demander un pass sanitaire que le port du masque n’y est ensuite pas obligatoire'' explique Stéphanie  Fraenkel, référente Covid pour Troyes Champagne Métropole. ''Comme d’habitude le délai pour la mise en place est très court mais nous avons pris l’habitude de nous pré-organiser pour être au point à la réception des décrets.''

 En revanche, impossible de savoir à cette heure-ci à quoi vous attendre au seuil du Complexe aqualudique de Reims. Dans l’attente des décrets d’application le groupe UCPA qui gère le site n’ pas souhaité s’exprimer.

 

Cinémas : attitudes divergentes selon les enseignes

Jusqu’au dernier moment, les cinémas ont espéré un délai pour mettre en place la mesure sans précipitation. La Fédération Nationale du Cinéma Français a déposé un premier recours en ce sens  devant le Conseil d’Etat qui vient d’être rejeté et elle en a aussitôt déposé un second pas encore tranché.

"Puisqu’il faut freiner l’épidémie, le cinéma CGR de Troyes ne veut pas faire le rebelle’’ explique sa responsable Aurore Courtois qui s’apprête à demander le pass sanitaire dès la première séance du 21 juillet.

En contrepartie de la présentation du pass sanitaire, l’obligation du masque pourrait être abandonnée dans les salles. Une possibilité que le groupe CGR n'a pas retenue. Il a choisi de maintenir cette obligation pour les spectateurs de plus de 11 ans.

Ce qui est sûr c’est que les spectateurs seront moins nombreux : ''Ces dernières semaines il y avait en moyenne 1500 personnes par jour, avec une pointe à 2000 personnes à la veille de la mesure où nous avons positionné une avant-première de « Kaamelott » et les gens qui redoutent cette mise en place ont beaucoup réservé'',  détaille Aurore Courtois.

 

Seuil par salles et non par établissement

La crainte que la mesure casse la belle dynamique observée depuis la réouverture, le gérant de deux cinémas ardennais la partage, avec une différence dans l'organisation. A la tête des établissements le Métropolis à Charleville-Mézières et le Turenne à Sedan, François Thiriot est très déçu. Il ne comprend pas qu’on ait laissé à beaucoup d’autres acteurs (restaurants, bars, maisons de retraite et centres commerciaux) jusqu’au 1er août pour s’organiser, mais pas aux cinémas.

Ce responsable compte bien en tout cas profiter d’une subtilité prévue par le décret tout juste sorti : comme le seuil de 50 spectateurs s’entend par salle et non par établissement, il ne s'’interdira pas de limiter la jauge à 50 personnes dans ses plus petites salles, afin de ne pas avoir à exiger le pass sanitaire sur ces séances. ''Nous allons aussi nous adapter en programmant parfois les gros films dans de petites salles. Ce serait injuste d’interdire à un jeune de voir le dernier Fast and Furious parce qu’il n’est pas vacciné, d’autant que pour certains c’est aujourd’hui très compliqué d’obtenir une date d’injection".

 

Musées : le Mémorial de Colombey concerné comme les Musées de Troyes

A Troyes, plusieurs sites culturels ont également été placés sur la liste des établissements où le pass sanitaire doit désormais être présenté dès l’âge de 18 ans : la Médiathèque Jacques Chirac, les Bibliothèques des Chartreux et des Marots, les Musées Saint Loup et Vauluisant. Le masque y demeure obligatoire à partir de 11 ans.

Visité en moyenne chaque jour par 200 à 300 personnes, le Mémorial De Gaulle de Colombey-les-deux-Eglises s’apprête lui aussi à accueillir de façon encore plus stricte les curieux d’Histoire.

''Nous avons beaucoup de public qui se renseigne pour savoir s’il faudra un pass sanitaire. La bonne nouvelle c’est que certains ont l’air prêts à s’organiser pour faire un test PCR s’ils ne sont pas vaccinés, commente Thomas Vautier, directeur adjoint.

''Un autre élément en notre faveur, c’est le redémarrage des visites groupées via des autocaristes. Les groupes planifiés ont déjà cette obligation de pass sanitaire pour le transport aussi cela ne les contraindra pas davantage !’’

 

Mais qu'est-ce que le pass sanitaire?

Institué le 1er juin dernier, le pass sanitaire est tout d'abord  la preuve numérique (sous forme de QR Code avec l’application Tous anti-covid ) ou papier d’un schéma vaccinal complet.

Il vous donnera le feu vert :

- 7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;

- 4 semaines après l'injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson)

- 7 jours après l'injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection).

Si vous n’êtes pas complètement vacciné, vous pouvez apporter :

- La preuve d’un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48h.

- Le résultat d'un test PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la Covid-19 datant d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Attention : un papier d’identité doit vous être demandé en parallèle mais une carte d’étudiant, une carte de transport ou un permis de conduire peuvent suffire.

Pour les professionnels, il s’agit d’utiliser une tablette ou un smartphone pour scanner le Qr Code via l’ application Tous anti Covid Vérif .  

Rappelons que si vous avez perdu votre pass sanitaire papier, vous pouvez l'obtenir à nouveau sur attestation-vaccin-ameli.fr

 

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité