Baguette à 0,29 € chez Leclerc : "ce n'est pas une baguette, c'est un pied de nez à notre profession artisanale" s'insurgent boulangers et céréaliers

Publié le Mis à jour le
Écrit par Clément Pravaz
Leclerc annonce vendre sa baguette de pain 29 centimes pendant six mois
Leclerc annonce vendre sa baguette de pain 29 centimes pendant six mois © VINCENT ISORE / MAXPPP

L'enseigne de supermarchés Leclerc vient d'annoncer bloquer le prix de sa baguette à 0,29€ pendant six mois pour protéger le pouvoir d'achat. Ce qui agace les professionnels de la filière céréalière en Champagne-Ardenne.

"Leur baguette ne va pas faire pleurer les boulangers dans leur fournière. Ça va les énerver, c’est sûr, mais les mettre à genoux, pas du tout". Philippe Chaumeille, président de la fédération de la boulangerie de la Marne, est presque amusé de l'annonce faite par le groupe Leclerc de bloquer le prix de leur baguette à 0,29€.

"A ce prix là, autant la donner ! C'est un coup de pub. On essaie de faire un pied de nez à notre profession artisanale. Mais les gens sont assez réfléchis et raisonnés pour faire la différence entre un pain de boulangerie et de supermarché". Lui qui est boulanger reste serein et ne craint pas de voir ses clients se ruer dans les grandes surfaces : "nous n'avons pas la même clientèle".

Les gens sont assez réfléchis et raisonnés pour faire la différence entre un pain de boulangerie et de supermarché

Philippe Chaumeille

Du côté des producteurs, les céréaliers, on regarde cet effet d'annonce avec beaucoup de détachement "que ce soit une baguette à 1€ ou à 20 centimes, c'est toujours entre 3 et 4 centimes qui reviennent dans la poche de l'agriculteur" détaille Christophe Sichnknecht, président du syndicat agricole "Coordination rurale" de l'Aube. Mais il craint qu'à long terme, à force de revoir le prix de la baguette au rabais, cela impacte le prix du blé. "Le rapport de force des centrales d'achat est très puissant. Un jour, ils arriveront à faire baisser le prix de la tonne de blé à 850€ au lieu de 900€".

Le président du même syndicat dans la Marne, Franck Charpentier, s'inquiète de ces actions chocs des grandes surfaces : "le problème, c'est qu'ils ont de plus en plus de poids alors on les écoute. On devrait boycotter ce genre d'actions. Au lieu de baisser le prix de la baguette, ils devraient mieux payer les agriculteurs !".

Il s'agit de concurrence déloyale. Philippe Chaumeille explique que les boulangers achètent leur farine en plus petite quantité que les grandes surfaces. C'est pourquoi ils ne peuvent pas avoir un prix aussi compétitif qu'une baguette en supermarché. "Et puis c'est surtout le prix de l'électricité, du gaz, et du carburant pour nos livraisons qui coûte cher !" Cela représente carrément 25 centimes sur une baguette à 1€ selon lui. Un artisan boulanger qui vendrait une baguette à 29 centimes "mettrait vite la clé sous la porte".

Vous dites une baguette, mais moi je n'appelle pas ça une baguette. C'est plutôt soit une pâte molle ou soit une biscotte.

Christophe Sichnknecht, président de coordination rurale de l'Aube

Il y a baguette et baguette

 "Et puis il faut voir la qualité de la baguette, c'est pas du pain ! Au bout de 24h c'est une pièce de bois". Les trois représentants de la filière ne manquent pas de mots pour qualifier le pain des grandes surfaces. "Vous dites une baguette, mais moi je n'appelle pas ça une baguette. C'est plutôt soit une pâte molle ou soit une biscotte" renchérit Christophe Sichnknecht.

Le président de la fédération de la boulangerie de la Marne, Philippe Chaumeille pointe du doigt la façon dont sont faites les baguettes en grande surface par rapport aux boulangeries. Et il sait de quoi il parle puisqu'il a dans la sienne un apprenti qui travaillait avant chez Leclerc. "Même leur pain bio est fabriqué en usine industrielle, puis arrive préchauffé en carton. On est dans un monde complètement différent !"

Christophe Sichnknecht rentre même dans les détails techniques : "ils fabriquent 700 000 baguettes à l'heure en usine alors qu'en boulangerie artisanale, s'ils arrivent à en sortir 500, c'est déjà très bien". Cela s'expliquerait par la composition même de la farine : "la farine de grande distribution a un indice d'hagberg plus plat donc une baguette plus plate avec une élasticité moins bonne. Au final, leur baguette est adaptée à la fabrication industrielle mais pas à la digestion humaine".

Philippe Chaumeille se réjouit presque de cette polémique : "Si on parle tant de cette polémique, ça montre que le pain à encore une belle image dans notre pays. Restons donc fier de notre travail, en travaillant de manière artisanale. Et sans duper nos clients".


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.