Cet article date de plus de 3 ans

Mousseux à la place du champagne : l'erreur qui pourrait coûter cher à une compagne aérienne

Une action de groupe en justice vient d'être attentée au Canada après la plainte d'un client qui estime avoir été servi avec du vin mousseux plutôt que du champagne, sur un vol de la compagnie canadienne Sunwing, ce qui pourrait coûter 25 millions de dollars canadien à la compagnie.
Mousseux à la place du champagne : l'erreur qui pourrait coûter cher à une compagne aérienne
Mousseux à la place du champagne : l'erreur qui pourrait coûter cher à une compagne aérienne © http://www.411travelbuys.ca
L'affaire remonte à plusieurs semaines, mais elle prend une nouvelle tournure ces derniers jours au Canada.
Lors d'un vol pour Cuba avec la compagne aérienne Sunwing, un passager canadien s'est vu servir un verre de vin mousseux plutôt que du champagne. Jusque là, rien de grave, erreur sur la commande ? En réalité, le client était largement en droit de réclamer du champagne car la compagnie aérienne propose depuis plusieurs années des "Vols + champagne" ("Champagne flights") à bord de ces appareils, promettant ainsi un verre de champagne à tous ces clients, à grand renfort de campagne de communication.

Forcément, les clients s'attendent donc à profiter d'une coupe de champagne à 10 000 mètres d'altitude avant de profiter des vacances.
Contacté par France 3 Grand Est, l'avocat, Maitre Sébastien Paquette à Montréal, explique que la compagnie aurai en réalité servi du Henkell Trocken, un vin mousseux allemand.
Depuis que l'affaire a éclaté dans les médias, Maitre Sébastien Paquette a reçu près de 1 700 plaintes de clients qui s'estiment eux-aussi lésés.
Mais le nombre de déçu pourrai vite devenir important, car l'avocat montréalais estime à 1 million le nombre de clients trompés par cette publicité depuis la début de la campagne promotionnelle de la compagnie aérienne.

L'avocat compte réclamer 25 dollars canadien par client en compensation du préjudice, ce qui pourrait faire grimper la note pour la compagnie aérienne à 25 millions de dollars canadien (environ 16 millions d'euros).

Si la compagnie accepte une transaction à l'amiable, les versements pourraient se faire rapidement. En revanche, si un procès de tient au Canada, celui-ci ne devrait pas avoir lieu avant au moins 2 ans.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
champagne gastronomie sorties et loisirs consommation économie