Chenilles processionnaires : voici les précautions à prendre

Les chenilles processionnaires ont envahi plusieurs sites en Lorraine et sont particulièrement présentes dans les Vosges. Attention ! Les poils très urticants de ces bébêtes volent au vent et peuvent causer de gros désagréments aux humains et aux animaux.

Des chenilles processionnaires du chêne.
Des chenilles processionnaires du chêne. © Pieter Giart pour France Télévisions
Avec la chaleur de ce printemps 2020, elles ont rapidement fait leur réapparition. Et ce mardi 26 mai, c'est la préfecture des Vosges à Epinal qui met en garde contre une nouvelle invasion de chenilles processionnaires du chêne.
Ces chenilles prolifèrent actuellement en forêt mais aussi hors des zones forestières. Un arbre peut suffire! Toutes celles et ceux qui veulent profiter de la nature depuis le déconfinement et qui se promènent en nature doivent redoubler de prudence.

Le danger vient de leurs poils

En effet nul besoin de toucher une chenille par mégarde pour être atteint de démangeaisons: transportés par le vent, parfois sur plusieurs kilomètres, leurs poils très urticants sont microscopiques et s’accrochent facilement à la peau ou aux muqueuses.  La saison chaude et sèche est propice à leur prolifération. Ils peuvent provoquer des irritations et des inflammations, comme de l’urticaire. Les réactions allergiques ne sont pas rares et peuvent être de plus en plus sévères lors d'expositions successives.

Vous reconnaitrez facilement un nid de chenilles processionnaires. Ces nids qui peuvent abriter des milliers de chenilles peuvent être situés depuis la base du tronc jusque dans le feuillage. Parfois la vision de dizaines d'arbres infectés par des milliers de nids et des millions d'individus peut virer au cauchemar. Attention nos petits compagnons à poils, chiens et chats sont également sensibles surtout en cas d'ingestion d'une chenille ou lorsqu'ils la reniflent.  Se rouler dans un nid peut s'avérer encore plus problématique pour eux...
Un chien dans l'eau, dans le Bénélux en 2009. (image d'illustration)
Un chien dans l'eau, dans le Bénélux en 2009. (image d'illustration) © Pierre Rousseau, MaxPPP

Traitement pro uniquement

Oui mais attention. La préfecture rappelle que la lutte contre les chenilles urticantes est une affaire de professionnels. N'essayez pas de vous en débarrasser vous-mêmes en essayant des traitements qui ne pourraient qu'aggraver la situation et vous mettre en danger. En effet, les traitements ne sont efficaces qu’à certaines conditions et lors de certaines périodes. Et les traitements insecticides ne sont plus adaptés car la mort des chenilles ne supprime pas la capacité urticante de leurs satanés poils.

Parfois les pouvoirs publics doivent employer les grands moyens, notamment des hélicoptères pour traiter des zones infestées. Cette photo a été prise en mai 2016 lors du traitement aérien par sept hélicoptères d'une zone de 8000 hectares sur les massifs forestiers de Fénétrange et d’Albestroff.
Campagne de traitement aérien contre les chenilles processionnaires du chêne, en 2019, en Moselle.
Campagne de traitement aérien contre les chenilles processionnaires du chêne, en 2019, en Moselle. © France Télévisions.
 Et en 2019 à Thionville, ce sont les drones qui sont entrés en action.

Mieux vaut prévenir que guérir

Voici les principales recommandations de la Préfecture des Vosges.

Que faire en cas de symptômes?

La plupart des symptômes sont dérangeants mais peuvent être traités de manière symptomatique. En cas de symptômes légers, consultez votre médecin traitant ou un médecin généraliste. N’appelez le 15 les urgences qu’en cas d’apparition de signes graves tels que vomissements, malaise, vertiges, difficultés à déglutir, difficultés respiratoires ou  atteinte sévère des yeux.

L'ARS Grand Est consacre une page des plus réjouissantes sur son site. Vous y trouverez  toutes les informations sur les symptômes et leur traitement, non seulement pour les chenilles mais aussi sur toutes les autres espèces qualifiées de ''nuisibles à la santé'' (âmes sensibles s'abstenir: cela donne envie de se gratter rien qu'en ouvrant la page). 

Voilà vous êtes prévenus, la chenille processionnaire n'est définitivement pas fréquentable.
 
Un fléau qui excède les populations
En Moselle, une habitante de  Rurange-Montrequienne-Logne , entre Metz et Thionville vient de  lancer une pétition en ligne pour demander à la mairie et à l'agence régionale de santé (ARS) de prendre des mesures afin de lutter contre les chenilles processionnaires dans sa commune.
Excédée par l’omniprésence de ces chenilles dans ​les vergers, lieux de promenade, et forêts, Séverine Crémer explique le calvaire que les habitants de la commune vivent depuis plusieurs années  à cause de ces insectes :​ “il devient impossible de se promener ou de profiter des  espaces extérieurs, même des jardins, sans être victime de réaction épidermique due aux poils de ces nuisibles omniprésents et nuisibles pour les hommes et les ainmaux''.
Sa pétition a recueilli plus de 200 signatures en 3 jours . 

Quand on vous dit que les chenilles processionnaires sont indésirables...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter